X-Men: le Commencement. Oh, bel X.

Oh, bel X

Faut-il aller voir X-Men: Le Commencement ?

Tout d’abord, un grand bravo à l’équipe marketing qui s’est occupée de traduire le titre: “Le commencement”, c’est créatif, original et beau. J’espère qu’à l’heure qu’il est, ils se sont fait virer.

Deuzio (oui oui, deuzio) un grand merci à mon prof de web qui a gratifié mon blog d’un généreux “B-” agrémenté d’un commentaire où il regrette que je sois “trop sérieux”.

Hihi.

Revenons à nos mutants. Depuis les années 90, la bande-dessinée de Marvel a donnée lieu à 5 séries télévisées, 6 films et 35 jeux-vidéos. Autant dire qu’on va voir X-Men comme on entre dans un supermarché. Pas la peine de refaire un speech sur la vénalité d’Hollywood et la fainéantise des suites à rallonge. X-Men se regarde avec des pop-corn, c’est la vie.

Au commencement donc, il y avait Le Commencement. Avant d’être les pires ennemis du monde, Magnéto le mec magnétique et Professeur X le télékinésiste étaient copains. Pendant la guerre froide, les deux amis recrutent une armée de mutants sociopathes pour lutter contre un mec hyper-vilain, tellement méchant qu’il veut faire exploser le monde.

Oui, vous subirez la plupart des codes ringards du genre: les méchants rouges ridicules avec des cornes de diable, les effets spéciaux super cheapos et les grands discours sur la vengeance et l’espoir. A première vue, un nouveau X-nanard sur la longue liste des films de super-héros ratés.

A moins que…

Passé les codes lourdingues inhérents au style, X-Men: Le Commencement sort complètement du lot. Porté par des bons dialogues et des acteurs crédibles (l’excellent Michael Fassbender, dont on a pas fini d’entendre parler), l’histoire ne manque pas d’intelligence: exit le manichéisme habituel et les leçons de morale. Ici, le sauvage de monde rituel sert de toile de fond à des questions universelles.

Pourquoi sauver l’humanité, si elle est peuplée par des cons ? Doit-on protéger ceux qui veulent nous faire du mal ? Comment réussir à se trouver belle quand on est bleue avec des écailles ? Au travers d’un univers fantastique, le scénario ne manque ni de finesse, ni d’humour. Face à un manque de moyen assez manifeste, le film s’intéresse de près à la psychologie de ses personnages, tout en évitant les réponses trop simples.

Au passage, le dernier X-Men oublie vraiment d’être con. Dans le genre, c’est plutôt rare.

En Bref : Il faut aller voir X-Men: Le Commencement. D’abord, il faut avoir un peu de goût pour l’univers des super-héros, et une certaine tolérance au cinéma américain, mais le sacrifice vaut le voyage.

Pour une fois, les super-mutants s’autorisent à être imparfaits. Parce qu’ils ont des doutes et des failles, parce qu’ils s’amusent avec leurs pouvoirs comme des gosses et parce qu’ils tentent de faire au mieux, ils deviennent plus humains.

Et en plus d’être un bon film d’aventure, X-Men devient touchant.

8 thoughts on “X-Men: le Commencement. Oh, bel X.

  1. Pour le coup, je te désavoue. UNE GROSSE DAUBE, ce X-men. Absolument aucun effort narratif pour expliquer de manière pseudo-scientifique les mutations à l’origine de cette dégénérescence phénotypique (on voudrait nous faire croire que l’avenir de l’Homme est l’acnée bleue et les costumes de proto-SF!?). Le fond contextuel historique nous renvoie aux délires manichéens les plus éculés Hollywood : avec une vendetta judéo-germanique pour entrée, un détournement laborieux de la crise des missiles américano-soviétiques comme plat principal, et enfin une bonne analyse bushienne du dessert (either with us our against us). Ta critique me semble être une GROSSE BLAGUE étant donné le crédit que tu accordes à la “psychologie des personnages”, ou encore aux “bons dialogues”… Avec des acteurs qui plissent des yeux pour lire dans les pensées, tremblent des mains pour déplacer des paraboles, font la farandole pour prendre les télétransports-en-commun, ou font sortir des flux RSS de leurs bouches pour voler, on peut remarquer que les effets spéciaux deviennent de plus en plus grossiers faute de budget. L’idée même que ce blockbuster permette à l’industrie cinématographique US de faire plus de $150 millions me donne la gerbe. Ca ou un panda en slip, on est mal barré.

    • Ben, moi je m’en fous des effets spéciaux, justement, j’ai bien aimé qu’ils soient cheaps.
      Souvent, on nous étouffe avec des explosions 3D dans tous les sens. Là, j’ai été agréablement surpris par les doutes de Mystic, la profondeur de Magnéto et le personnage de Charles Xavier. Derrière l’histoire éculée, il y avait des personnages attachants. M’enfin, tes arguments sont assez percutants. Donc je reconnais que parfois, certaines scènes frisent le ridicule.

      En revanche, je suis pas d’accord avec l’analyse bushienne. Au contraire, le manichéisme hollywoodien n’est pas là pour une fois. Les russes ou les américains ne sont pas présentés comme les méchants, ce n’est pas non plus le cas de Magnéto, qui a des arguments convaincants (pourquoi les défendre puisqu’ils nous considèrent comme leurs ennemis).
      Bref, j’y ai vu des trucs sur la difficulté d’être juste face aux haines qui mènent perpétuellement à la tentation de la guerre. Mais peut-être que j’extrapole.

      Au fond, je suis juste sorti avec la musique dans la tête et l’envie d’être un super-héros.

  2. ouais ça reste quand même un flim de super-héros, faudrait pas sur-interpréter. Cela étant dit, j’ai préféré aller le voir plutôt que le dernier Malick (de toute façon j’ai vu qu’un seul film de Terence Malick, et encore, sur un malentendu).
    Par contre je suis d’accord sur la prestation de Michael Fassbender qui m’a bluffé en Magnéto. Enfin j’attends mieux du jeu de mots pourrave du titre de l’article ( naissance sous x, x factor, X&Y, …). C’est une perche tendue avec un tel titre de film.

    • D’accord pour le jeu de mot pourrave. Mais tes propositions ne sont guère plus convaincantes…
      Parce que très franchement, si tu trouves mieux, je change le mien et je te crédite dans l’article !

  3. Pour ce qui est du commentaire ” Anonyme “, je comprends pourquoi tu gardes ton anonymat, si tu voulais une intrigue de fou fallais pas aller voir X-Men ni aucun des Marvels/DC … ( Bref désolé pour cette parenthèse )

    J’ai adoré ton article, vraiment sans détour, je sais que je suis en retard mais bon ! les études !
    Personnellement je suis un gros fan des comics Marvel ! Et j’ai trouvé cet opus vraiment … bluffant comparé aux autres ? Les trois premiers X-men sont super decevants, c’est du genre ” Vas y qu’on te balance quinze milles mutants avec des pouvoirs qui sortent de tu sais pas ou, mais c’pas grave ils se foutent sur la gueule “. Un peu lourd quoi …
    Mais celui ci je l’ai trouvé vraiment génial. Et pour suivre vos arguments, le vrai point fort du film, c’est Michael Fassbender. Serieusement, quel acteur !!! Je l’avais trouvé génial dans ses précédents films mais là … Il m’a tué ! Et même si c’est assez peu détaillé dans le fond, on voit le pouvoir de Magneto grandir avec le film. La scène où il arrêtes tous les missiles et obus à la toute fin, c’est ” WOW O_O ”

    Et si vous aviez un peu connu ces comics avant de voir le film, y a pleins de trucs que vous auriez réellement apprécié ! Par éxemple : Le blond, Havok qui lance des disques de feu. N’est autre que le grand frère de Scott ( Cyclope ) ! Véridique et prouvé dans les comics. Et j’ai trouvé le fait qu’ils ait intégré la transformation du fauve au film tout simplement génial. Y a beaucoup de cohérence avec la série originelle pour une fois, mais c’est vrai que certains points décoivent … Le grand méchant qui fait tout péter là, son combat final conter Magneto aurait pu être bien plus détonant, mais nan ils ont foiré en nous faisant un ” HYPER COMBO ” avec une pièce enfoncé dans la tête … Youhouuuu …

    Quote finale ( parce qu’il est ridicule, j’en suis désolé Corentin ) : ” Avec des acteurs qui plissent des yeux pour lire dans les pensées, tremblent des mains pour déplacer des paraboles, font la farandole pour prendre les télétransports-en-commun ”

    Tu voulais qu’ils nous fassent la danse de la pluie ? T’es ridicule, retournes regarder Amélie Poulain.

    • Merci Michael, j’approuve ton com un peu tard car j’ai mis ce blog en pause pendant un moment (trop de boulot).

      T’inquiètes, t’as le droit d’être agressif avec moi ou les autres, du moment que tu n’insultes personne. Ici, on encourage l’engueulade :-)

  4. Pingback: X-Men Days of Future Past. Retour vers le retour. | Le règne de l'arbitraire

  5. Pingback: Kingsman. Colin est maudit. | Le règne de l'arbitraire

Comments are closed.