Des hommes sans loi. Sans foi ni foie.

Faut-il aller voir Des hommes sans loi ?

L’Amérique, le temps des moustaches. L’alcool est interdit, tout le monde est bourré. Les shérifs, les notables et les juristes ferment les yeux tant qu’on remplit leur verre. Dans toutes les bonnes forêts, des bouilleurs de cru amateurs font cuire de l’alambic maison dans des tonneaux.

Un jour, un super-flic décide de déglinguer tout ceux qui trichent. Alors tout le monde flippe, sauf les frères Bondurant, parce qu’ils sont immortels et parce que l’aîné à une putain de droite.

On pouvait espérer un truc bien cool de ce film : l’incroyable Tom Hardy en cow-boy taciturne, le réalisateur de La Route (Road-movie post-apocalyptique bien zdry) a la caméra et le rockeur sombre Nick Cave au stylo. Quand des mecs aussi virils du stetson réalisent un western plein de bandits et d’alcool frelaté, ça sent d’ici la bonne cuvée.

Et puis… J’sais pas.

Effectivement, ça tape dur, les hommes sont mutiques, sages et violents, l’air est lourd et les flingues chargés mais pas que. Au centre, il y a aussi l’histoire bien plus convenue d’un jeune tocard sans charisme qui veut devenir plus gros que le beuf. Ça tombe bien, puisque c’est le nom de l’acteur (Shia LaBeouf, pas mauvais), mais le problème, c’est que cette partie prépondérante de l’histoire n’à aucun intérêt.

Pire, le méchant est complètement caricatural et ridicule et le final vire un peu à la grosse guignolade tant tous les personnages semblent aptes à prendre des dizaines de chargeurs dans le bide avant d’arrêter de se battre.

Dommage, parce qu’à chaque apparition du grand-frère, on trippe à mort.

En Bref : Il ne faut pas aller voir Des hommes sans loi. Pas mauvais, le film rempli allègrement son rôle de divertissement, sans vraiment se fouler pour créer une véritable ambiance visuelle ou pour raconter une histoire décoiffante.

Dommage, parce qu’il y avait pas mal de talents réunis autour du projet. Et aussi parce qu’on a pas encore vu de Western génial depuis Il était une fois dans l’ouest, et ça commence à dater…

Sinon, ces derniers temps, vous mettez pas mal de commentaires, et moi bah ça m’fait plaisir.

6 thoughts on “Des hommes sans loi. Sans foi ni foie.

  1. Alors. 1) on a vu True grit depuis il était une fois dans l’ouest. 2) le film n’est pas juste un divertissement, il y a quelque chose de légendaire dans cette histoire, une mythologie moderne et violente, un miroir sanglant d’une Amérique pas tout à fait éteinte, une lutte – non manichéenne – entre ceux qui survivent et ceux qui font du zèle. 3) je suis sûr que tu as serré les dents quant Forrest se fait trancher la gorge (on avait jamais vu un tranchage de gorge aussi réaliste non?). 4) on n’est pas tous obligés d’aimer les films coréens! ;-)

    • Oui True Grit, c’était chouette, mais le comparer à Il était une fois, c’est comme comparer Nicolas Bedos et Pierre Desproges. Une hérésie.
      C’est vrai qu’il y a une belle mythologie dans le fond, mais elle est plombée par la trame principale. Shia LaBeouf qui fait du zèle, mais qui se fait sauver à chaque fois, m’a paru tellement antipathique que j’ai jeté le bain avec l’eau du bébé.
      Bon maintenant, je dois reconnaître que c’est un bien beau tranchage de gorge…

  2. Bon, moi je suis pas du tout d’accord avec cette critique!
    Des films de gangsters qui donnent le change par les temps qui courent, c’est beaucoup trop rare pour chipoter sur les quelques défauts du film. Okay, ça vaut pas Miller’s Crossing, on voit pas assez Gary Oldman, et le superméchant est trop superméchant. Mais Tom Hardy est énorme. Mais Jessica Chastain est magnifique. Mais il y a une tension permanente qui en fait un film puissant.
    Si on va pas voir Des Hommes Sans Loi, on va plus voir grand chose…
    Et puis il y a eu quand même quelques bons westerns récemment : Impitoyable (pas si récent), Appaloosa (énorme) ou même True Grit qui était vraiment pas mal!

    • Pas mal… Certes. Mais tjrs pas a la hauteur d’Il etait une fois… Faut bien l’avouer, sur ce coup là, le Rêgne de l’atrabilaire a raison!

      • Bah tu vois, y’a débat. Moi je persiste : m’a saoulé le p’tit con avec ses costumes de vieux con. Dommage parce que Tom Hardy, il avait bien la classe avec son coup de poing d’acier…

    • Bon, si tu remontes jusqu’à impitoyable, c’est que j’ai pas complètement tort quand même :-)
      C’est vrai pour Hardy et Chastain, et je les aime beaucoup par ailleurs. Mais si on ne voit pas ça, on peut aller voir Camille Redouble, The Secret ou monsieur Lazhar. Et ça vaut plus le coup.

      Mais que ça ne m’empêche pas de te souhaiter un joyeux anniversaire !

Comments are closed.