Les enfants-loups. J’me gare où ?

Faut-il aller voir Les enfants-Loups. Ame & Yuki ?

Il y a ce beau garçon, dans le fond de la classe. Hana l’aime bien. Alors un jour, ils s’en vont faire l’amour dans la nature. Sauf que le beau garçon est un loup. Trois ans plus tard, il est mort et Hana se retrouve seule avec deux louveteaux sur les bras.

Dans la vie du cinéma, il y a un avant-Miyazaki. Nous sommes dans l’après. Depuis que le maître de l’animation japonaise a marqué le genre par son génie, tout le monde galère pour essayer de se hisser à son niveau, sachant que de toute façon, ils souffriront de la comparaison.

Sur le papier Les enfants-loups aurait bien pu être une oeuvre du maître : une fable écolo-bucolique, une métaphore sur les filles-mères modernes et une réflexion sur le rôle des parents dans l’émancipation de leurs propres enfants. Les dessins sont simples et jolis, le fantastique se glisse dans la réalité avec naturel et tout est fait pour émouvoir le spectateur.

Mais au-delà, la comparaison fait mal : à quelques exceptions près, l’univers visuel du film reste assez plat, pauvrement animé et malgré des procédés compliqués mélangeant le film et les images de synthèses, le dessin ne parvient jamais vraiment à atteindre la poésie Miyazakienne.

Pire les larmes sont siphonnées en dehors du spectateur, par des procédés honteusement mièvres mélangeant l’amour maternel sacrificiel, la pluie torrentielle, les souvenirs romantiques, les fleurs bercées par le vent et des hectogrammes de violons dégoulinants. Fatalement, on est guère ému devant ces scènes un peu neuneus qui semblent nous hurler “TU VAS PLEURER SALOPE !”

Hé ho.

C’est dommage, parce que les enfants-loups sont très réussis, mignons et amusants comme des Pokémons. Mais passé 12 ans, ce gentil film ne pourra guère espérer nous tirer plus qu’un demi-sourire et 6 euros.

En Bref : Il ne faut pas aller voir Les enfants-loups. Ame & Yuki. Rose bonbon et fleur bleue, le film s’émeut lui-même devant le portrait un peu masochiste d’une mère qui rate sa vie pour réussir des loups.

Mais vu la rareté des films d’animation qui traversent la grande Russie jusqu’à nous, on peut quand même y aller, pour peu que l’on aime regarder la pluie tomber sur les montagnes en écoutant de la musique de merde.

2 thoughts on “Les enfants-loups. J’me gare où ?

    • Ouais… J’étais pas inspiré, fallait que je bouge, bon.
      Mais avec une moustache comme la tienne tu peux clairement pas être une salope !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>