Oh Boy ! Kaffee und Zigarette.

OH BOY !

Faut-il aller voir Oh Boy ! ?

Il y a des jours comme ça, où la vie fonctionne pas bien. Niko aimerait bien boire un café. Il aimerait bien retrouver son permis. Il aimerait bien retirer de l’argent. Et il aimerait bien attraper une fille normale. Mais même ça c’est trop dur.

La semaine dernière, La Grande Belleza nous donnait une leçon de quinqua-glande à l’italienne. Cette fois, c’est la version allemande du spleen trentenaire qui occupe les écrans. C’est la crise, tout est foutu, papa fait du golf et le gouvernement vire au gouffre. Alors autant aller fumer une clope à la fenêtre.

L’air perdu et l’oeil triste, Niko traîne sa mèche dans un Berlin noir et blanc, en attendant qu’il se passe un truc. Pitché comme ça, on dirait du Gus Van Sant sans sexe. Mais en fait c’est bien.

Parce que le réalisateur a compris qu’il n’arriverait pas à nous dire grand chose sur le fond du problème. Mais il en a bien observé la surface. Et il y a pas mal de poésie dans l’air hagard de ce gentil môme qui refuse de grandir. L’histoire ne vire jamais à la démonstration théorique, elle flotte, comme le héros, et nous avec.

Personne n’a démonté d’accoudoir sous la pression du suspens, mais le scénario n’ennuie presque jamais : piquantes, bien écrites et joliments mises en scène, les mésaventures de Niko sont très souvent drôles et assez fines. Un peu comme ça, le réal se moque de l’art contemporain, des films en costumes et des contrôleurs de métro avec un bon dosage de tendresse et d’ironie.

A la fin, on a toujours pas les larmes aux yeux, mais on sourit bêtement. Et on a peu moins envie de tondre les hipsters qui nous entourent.

En Bref : Il faut aller voir Oh Boy ! C’est joli, c’est rigolo et ça serait la parfaite clôture dominicale du weekend alcoolisé que vous allez vous infliger dans quatre jours à cause de Jack Lang.

En revanche, je goutte pas trop les vannes gratos sur le nazisme que le réalisateur semble vouloir accumuler. Betty pense que je ne suis “pas assez allemand” pour les comprendre.

Moi j’me trouve largement assez allemand comme ça.

3 thoughts on “Oh Boy ! Kaffee und Zigarette.

  1. Oula! J’ai dit qu’on me devait sûrement pas être assez allemand…. Le recul, l’appréhension de l’histoire tôt ça…. Moi y compris, n’étant pas allemande (et pas française), je me dis que notre vision doit être differente, que celle du réalisateur et son public allemand, rien de plus ,-)

    • Je m’en doute bien ! Et d’ailleurs ça ne m’a pas non plus choqué.
      Tu sais, la plupart de mes phrases, je les écris surtout pour faire une blague :-)

Comments are closed.