Star Trek. Spock publicitaire.

star-trek-into-darkness-quinto-cumberbatch-pine

Faut-il aller voir Star Trek Into Darkness ?

Alors ils sont dans l’espace, comme d’hab, il y a du flare dans l’image, ça fait des ronds sur l’objectif, c’est joli, l’univers est vaste, vain, un peu vert, personne n’a de charisme et gloablement on s’emmerde. Oh mais attend ! C’est Star Trek !

Ouais, Star Trek, la série aux vilaines couleurs qu’on a jamais trouvée vraiment cool mais que certains considèrent comme culte parce que Spock a donné son nom à une coupe de cheveux immonde. Sauf que là, le film est réalisé par JJ Abrams. Si tu lis la presse spécialisée (mes couilles), tu sauras que c’est “un surdoué”, comme si les mecs gagnaient dix euros à chaque fois qu’ils placent ce poncif dans un article.

Mais même pas en fait. C’est juste un gros malin, qui a fait croire à plein de monde qu’il avait les clefs d’un scénario brillant avec plein de tiroirs, alors qu’en fait il a jamais vraiment su vers où se dirigeait Lost et qu’on va tous mourir en se demandant ce qu’il foutait là, ce putain d’ours polaire.

Si tu n’as pas la référence, c’est pas grave. Tout ce qu’il faut comprendre, c’est que le mec est expert dans les cliffhangers malhonnêtes, car basés sur des scénarios incohérents. Type : Pourquoi y’a des bombes bizarres sur le vaisseau ? Parce SURPRISE y a des minuscules kangourous à l’intérieur, et y’en a un c’est le cousin du capitaine. J’ai un peu inventé pour pas vous gâcher l’absence de surprise.

Et tout ce beau monde continue de voler dans tous les sens sans se préoccuper de la fluidité de l’ensemble. Et quand je parle de beau monde, je suis cool : à part le méchant, qui réussit à remplir de charisme un rôle assez fade, tous les autres personnages sont enfermés dans des clichés américano-mous. Palme spéciale au héros, rebelle sans cause ni charme, incarné par l’énervant Chris Pine, qui porte plutôt bien son nom, si on se fie à sa tête.

Maintenant, libre à Mad Movies de décréter qu’Abrams “offre à la saga son plus beau chapitre depuis trente ans” : c’est complètement vrai. Vous dire…

En Bref : Il ne faut pas aller voir Star Trek Into Darkness. C’est ennuyeux, lisse, insignifiant et plutôt mal écrit dans l’ensemble.

Très franchement, quand on pense que c’est le même mec qui va réaliser les prochains Star Wars sur une idée originale de Georges Lucas, ça donne envie de s’enfuir dans la forêt pour manger des Ewoks.

One thought on “Star Trek. Spock publicitaire.

  1. Pingback: Star Wars VII. Laser mi. | Le règne de l'arbitraire

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>