C’est qui ce mec ?

Léon Droz est un pseudo. Je n’ai pas assez d’amis pour me faire des ennemis. Cinéphile mono-maniaque et amateur de répliques qui claquent. Je ne serai jamais critique cinéma parce que j’aime trop les blagues et la lumière du jour. Dans la vraie vie, je suis montreur d’ours au Marine-Land d’Antibes.

Ce site ne consiste pas à s’abîmer le poignet en théorisant sur la résilience de la brume dans le cinéma bulgare. C’est plutôt comme le comptoir d’un bar, où on pourrait bégayer des conneries sur Ingmar Bergman et Walt Disney, même si on les confond. Les godardiens et les fellinistes sont acceptés, mais la maison ne leur fait pas crédit.

Une récrimination, une suggestion ou un désaccord fondamental ? N’hésitez pas à me pourrir dans les commentaires, mais préparez-vous à prendre cher.

Le dessin de la page d’accueil, c’est mon copain Fluck qui l’a fait, en échange d’un intéressement sur les recettes du blog. Depuis il s’est acheté une guitare et il fait de la musique et du mystère sur les scènes du monde entier, mais surtout de Lyon.

L’autre membre de l’équipe s’appelle Wai Yip Chan. En plus de me faire une place sur son canapé virtuel, il parle couramment le html, et il protège le blog contre les terribles attaques des hackers myopes à la solde des Cahiers du Cinéma.

Car c’est une guerre que nous menons. Bienvenue dans mon Panzer.

59 thoughts on “C’est qui ce mec ?

  1. Salut Jeune Homme, j’ai eu plaisirà lire vos deux dernières critiques et vous m’avez donné l’envie d’aller voir Incendie. Votre critique sur Angèle et Tommy est bien écrite et rend bien compte de l’ambiance du film. Merci pour votre nouvelle adresse sur laquelle nous pouvons enfin vous répondre. Etant une de vos principales “fans” je suis souvent d’accord avec vous. Bon courage et continuez comme cela. Je vais sans doute,sans tarder aller voir le roi d’angleterre celui qui bégayait. Je vous embrasse très fort cher critique.

    • Bonsoir, je me permets de jeter une bouteille à la mer: seriez vous le journaliste du document diffusé sur france5 dimanche 10 novembre 2013 : “la pub qui avance cachée” ?
      Si c’est le cas, accepteriez vous d’entrer en contact avec moi, svp?

    • Cher Toto Caca, effectivement, le contrôle des coms a priori n’est pas très coolos. Je vais essayer de changer ça, mais de toute façon je publie tout, sauf les trucs qui pourraient me valoir de la prison (je suis responsable de vos conneries, alors gardez l’esprit de Noël).
      Pour le reste, WordPress est quand même plus malléable et les commentaires étaient encore plus bloqués sur l’autre.

  2. Je suis en désaccord fondamental avec le fait que mon ancien commentaire qui apparaissait sur l’ancienne formule n’apparaisse plus ici…alors même qu’on nous parle d’interactivité avec le public.
    ps: c’est marrant on a tous un nom de famille devant lequel on peut mettre un. Un Droz, un caca, un volet.
    Elle est là l’interraction

    • Ben voilà, ça c’est drôlement interactif !
      Ce blog est en émulsion permanente, là on flirte avec le débat d’idée ! Merci Louise !

  3. Bonjour Léon, je t’ai découvert grâce à une amie Facebookienne qui n’a pas aimé Tree of Life et qui a posté le lien de ton article sur le sujet… Bon… moi j’ai adoré Tree of Life (je crois que j’ai compris le film … enfin il m’a “parlé” ;)) – et puis j’ai commencé à lire tes articles et franchement c’est très bon :) quelle poilade :) Tu as une belle plume… je t’ai fais ta pub sur ma page facebook en te citant un peu comme le François Simon du cinéma… j’espère que tu le prends très bien (j’aime beaucoup la plume de François Simon) … Sur ce: bonne journée et continue !!!! (bien rigolé avec ton article sur THOR et Minuit à Paris ;))

    • T’es drôlement gentille, merci pour les compliments, ça me donne du courage ! Et c’est coolos de me faire de la pub.
      Au risque de te décevoir direct, j’ai dû chercher sur Wikipédia pour trouver François Simon. J’y ai trouvé un vieux coureur cycliste, un acteur Suisse mort et un critique culinaire. Je pense que tu parles du vieux coureur cycliste. A forte raison, c’est tout moi !
      D’ailleurs je retourne pédaler.

    • Je ne sais pas Marion. Moi je n’y suis pas allé parce que Lars Von Trier est un vieux provocateur misogyne. A tout, les coups, c’était vachement bien.

      Mais ça vaut sûrement pas un bon burger au Comté.

  4. J’ai lu quelques critiques, toutes excellentes. Enfin normal puisque j’avais le même avis à chaque fois.
    Tu devrais mettre des onglets “Recommander” (en dessous des critiques) en plus de “Like” via facebook. Je sais pas comment on fait ^^ mais ça fera plus parler de ton site !

    • Merci poulette. Par contre je suis un sous-doué informatique, alors ça va être compliqué pour les onglets. Mais pas grave, si mes potes et ma maman me lisent, c’est déjà beaucoup :-)

  5. tu peux publier mon mail, je m’en fous
    j’ai vu tree of life hier parceque, j’avais adoré La ligne rouge
    comme je ne sais pas télécharger illégalement des films, en plus de voir ce navet j’ai payé 5,50 euros sur ma bbox, bien mal m’en a pris.
    Que dire sur ce film sinon rien, j’ai écris cematin a therence Malik pour qu’il me rembourse mes 5,50 euros et j’ai envoyé un mail à tous les gens que j’aime pour qu’ils évitent de le louer, pire je les ai menacé de couper les ponts avec eux s’ils le visionnent
    allez je vais revoir BRAZIL çà va me calmer

    • Hello Marc, je comprends ton désarroi. Et lorsqu’ils envoient tout le monde s’emmerder en criant au chef d’œuvre, les critiques ne prennent pas leurs responsabilités. Au final, ils sont aussi grégaires que l’esprit de masse dont ils essayent tant de se démarquer.
      Par contre je publie pas les adresses mails. Tu peux d’ailleurs entrer une fausse adresse, j’aime pas trop les sites qui fliquent leurs visiteurs, mais j’ai pas trouvé comment enlever cette fonction.
      :-)

  6. Disons qu’il y a des jours ou je préférerais t’oublier mon très chère règne.
    Mais se n’est qu’encouragements et j’espère qu’ils te paye bien.
    Avec deux heurs de merde dans les yeux, deux heurs de taf en moins, je vous en prie, n’allez pas voir la dernière chauve souris.
    Mes félicitations à l’équipe informatique, beau travail.
    Salutation

    • Pas bien clair tout ça. En tout cas, je t’accorde que les qualités de la dernière chauve-souris sont discutables et je me demande bien si j’ai bien fait de le recommander.

      Je ne sais pas qui est censé “bien me payer” par contre, mais j’ai peur de te décevoir : ce blog ne me rapporte rien d’autre que le plaisir d’écrire.
      Et puis soyons sérieux, quel producteur véreux viendrait financer des critiques sous influence sur un blog qui n’en a pas ? Allons…

  7. Salut Léon!
    Je chacune des critiques de ton blog avec très grand plaisir, dès qu’elles sortent! (jte jure, c’est vrai, je les ai même toutes lues depuis le début en remontant dans le temps) J’aime beaucoup ta plume acerbe, tes envolées lyriques qui se perdent dans les nuées mordorées, étincelant de leur chatoiement mordoré sous le soleil couchant.
    Malheureusement, tu es pour moi le pire conseiller en cinéma qui puisse exister.
    En effet, je suis d’accord avec 50% de tes critiques.
    Et c’est là tout le problème!
    Comprends-moi bien: je ne dis pas que tu es un mauvais critique du tout.
    Quand les Cahiers du Cinéma ou les Inrocks détestent un film, je m’y précipite: je ne suis pas d’accord avec 100% de leurs critiques.
    Quand 20 minutes dit que le film est cool, je suis souvent d’accord.
    Mais avec toi, c’est super ambivalent.
    J’ai surkiffé Sherlock Holmes et littéralement vomi Hunger Games.
    En revanche comme toi j’ai bien aimé l’arnacoeur, et Les chèvres du Pentagone m’ont fait braire. (pas taper)
    Ton pitch ni snob ni beauf est super intelligent, malheureusement pour la plupart des gens, on est plus l’un ou plus l’autre. Moi, t’as compris, jsuis un gros beauf.
    Mais vraiment ne change rien, car si je ne follow pas toujours ton avis, je le lis en revanche toujours avec grand plaisir.
    Bonnes critiques camarade!

    • Merci !

      Ton message me fait chaud au coeur (bah oui, on est pas toujours acerbe ici, on a le droit d’être kawaï entre deux flinguages). Ces derniers temps, je peine à trouver le temps d’écrire à cause que je deviens un adulte, alors ça me revigore de savoir que tu vois des chatoiements mordorés dans mes blagues :-)

      Quant à mes conseils, beaucoup de mes potes qui lisent le blog reconnaissent qu’ils les prennent à l’envers : il leur arrive même de rebrousser chemin devant le cinoche, s’ils s’aperçoivent que je recommande un film. En fait on s’en fout, une bonne critique, ça se lit en sortant du cinoche et puis ça sert d’exutoir pour s’offusquer ou renchérir. Donc bon, quand t’es pas d’accord, hésites pas à gueuler, c’est l’esprit de la maison, et puis on est là pour rigoler.

      Par contre, faut que tu revoies Sherlock Holmes, parce que tu peux pas l’avoir surkiffé sans dec. On surkiffe pas comme ça à tout bout de champ voyons ! Ça commence comme ça et on termine par liker la page facebook de Jean-Michel Apathie. Et alors là c’est la Bérézina.

      Sois raisonnable !

  8. Je viens de tomber par pur hasard sur tes critiques, et et elles m’ont clairement plu. Drôles, convaincantes, vraiment, bravo pour ta plume. Ta critique sur The Master m’a emballée : je cours le voir.

    • Merci Coline ! Et bienvenue.
      Mais je dois te prévenir quand même, The Master est difficile, parfois paumant et trop long, et il y en a pas mal qui s’y sont emmerdés. Moi j’ai trouvé ça brillant, mais je voudrais pas envoyer une nouvelle venue au casse-pipe…
      Le cas échéant, reviens ici pour râler, ça détend.

  9. Cher ami de mon amie Nathalie Leruch, j’ai eu la chance de lire tes critiques récentes, et la malchance de les lire trop tard… Enfin, peut-être. Je suis emballée par ta façon spirituelle et inattendue de dire les choses. Jusqu’au moment où je t’ai lu, j’ai adoré Blancanieves, et soudain, tu as mis sens dessus dessous tout ce que j’avais ressenti de drôle émouvant et original dans ce film, que je ne vois plus maintenant que comme une grosse farce pour niaises de mon style (du genre qui croient encore aux cruelles marâtres et aux nains ou grincheux ou simplets !)… Sinon, je suis tout à fait d’accord avec ce que tu dis de tous les autres films, chaque critique m’ayant permis, comme je le disais à Nathalie, d’affiner mon jugement. Je continuerai à te lire, et n’irai plus jamais au ciné (j’y vais au moins 1 jour sur 2) sans avoir pris connaissance de tes dernières opinions. Merci d’avance.

    • Merci beaucoup de ton enthousiasme Nicole, je vais continuer de plus belle ! N’hésite pas à “liker” la page Facebook du blog, si on arrive à 200 je pense qu’on pourra enfin commencer à peser sur le cinéma mondial.

      Par contre, laisse-moi te rassurer, tu es la cinquième personne qui me loue la poésie de Blancanieves, un film qui semble avoir emballé tout le monde sauf moi. J’ai beau clamer que j’ai raison (et c’est vrai) ça ne veut pas dire que tu as tort. L’idée de mes critiques, c’est qu’on se chamaille dans la bonne humeur, plutôt que d’essayer de tendre vers un bon goût universel, objectif et vain.

      Donc n’hésite pas à faire l’inverse de ce que je conseille, et à venir gueuler quand tu n’es pas d’accord. Tu seras toujours bien reçue.

      Bon dimanche, et comme criait Quentin : “Viveuh leu cinéma !”

  10. C’est pas que je veux passer pour un (très) gros con mais je crois que Tarantino a dit “VivA lA Cinéma”. Mais après c’est Quentin qui sait. Faudrait lui demander. Signé Tati Yon, soeur de Jacques.

    • Oui mais on avait compris quoi. C’est Quentin. Quand il fait des scènes ultra-violentes avec des morts partout, il faut comprendre que c’est rigolo. Ben c’est pareil.
      Salut Tati.

  11. Mec, ce que tu fais, c’est très bien. Donc continue, hein.

    J’ai jamais lu aucun critique dans la presse autorisée qui me parle d’une conception du cinéma qui me plaise autant, probablement parce que je la partage, et j’en lis pas beaucoup qui aiment autant le cinéma.

    J’ai tout bien lu ton blog, et c’est tout très bien. Mais il va falloir faire quelque chose pour Machete (et aussi pour Polisse, mais dans l’autre sens).

    Mais quand même, merci. Ne te laisse pas happer par le chant des sirènes du grand capital. Continue à prêcher la bonne parole sans y gagner un rond.

    • Merci Pav ! Merci beaucoup :-)
      Après un tel compliment, j’ai juste envie qu’on se donne des tapes dans le dos et qu’on aille tirer sur des terroristes ensemble dans un hangar !
      Pour Machete et Polisse, j’assume, mais je t’invite aussi à t’insurger dans les commentaires. Ce qui est intéressant dans la critique, c’est le débat pas les dogmes. D’ailleurs, tu seras toujours le bienvenu pour une engueulade fraternelle et de mauvaise foi sous un article.
      Quant au chant des sirènes, il peut gueuler. Le dernier truc dont je rêve, c’est de finir critique cinéma.
      A bientôt, et bienvenu sur le Règne !

  12. Viens de voir un lien sur Facebook. Ton style me fait bien marrer. Pas sûr d’être d’accord avec tous tes avis, mais ça vaut bien le détour en tout cas ! Peace.

  13. Surprenant, anéantissant, prodigieux, quel TALENT.

    “La personnalité créatrice doit penser et juger par elle-même car le progrès moral de la société dépend exclusivement de son indépendance.” (Je te laisse l’honneur de deviner l’auteur de ceci :p), en tout cas c’est chose faite.

    CHAPEAU, style d’écriture quasi-parfait, critique juste, bien souvent réaliste & cette petite touche parfois sarcastique me fait frémir. Bref.
    J’y reviendrai.

    • Dis-donc… Merci, c’est un peu too-much, mais je suis ravi que ça te plaise Margaux :-)
      Tu seras toujours la bienvenue sur le Règne, parfois on dit des trucs méchants, on s’engueule très fort, mais c’est pour rigoler, et y’a toujours des Tucs au sésame.

  14. Salut,

    à cause de ton site, j’ai perdu 2 heures de mon temps hier soir et je continue à en perdre ce matin, soucieux comme je suis d’en lire toutes les pages. C’est fâcheux. Tu me dois 3 heures pour l’instant (dont une à mon employeur).
    Avouons cette faiblesse : je suis souvent d’accord avec toi. Mais j’aime surtout ton style. Et quand je ne suis pas d’accord, j’aime bien qu’on y mette la forme.
    A propos de désaccord, d’ailleurs, et pour arrêter ces compliments dithyrambiques qui finiront par nuire à ton égo, Jane Campion a réalisé après “La leçon de piano” un film vraiment extra (avant “in the cut”) : “Holy Smoke”. Donc, même si le reste est oubliable, ça fait 2 films excellents sur 6 o 7, ce qui est un ratio plus que décent, si on compare à Godard ou Michael Bay.
    Bonne continuation et encore bravo pour le blog
    Dom

    • Bonjour Dominique et merci beaucoup pour ton message, ça me motive pour continuer !
      Je suis bien content d’avoir piqué une heure de ton temps à ton employeur (mais tout de même, si tu es chauffeur de bus, essaye de garder un œil sur la route) et très fier de t’avoir tenu éveillé avec mes blagues à deux balles :-)
      Pour revenir à Jane, je ne me rappelle plus quelle généralité j’ai bien pu proférer à son encontre, mais ça devait être par-dessus la jambe : je n’ai pas vu Holy Smoke, parce que j’étais petit, mais à l’époque, j’avais découpé la petite fiche qui en parlait dans mon magazine Première. Je me rappelle vaguement d’un moustachu et de Kate Winslet en équilibre sur un caillou. Inoubliable donc, puisqu’il a même marqué ceux qui ne l’ont pas vu !
      Quant à Godard attention, j’ai vu quelques uns de ses inconditionnels rôder sur le site. Mais j’espère que tu continueras de t’y sentir bienvenu. Si tu as des coups de gueule ou des conseils, n’hésite pas à venir hurler dans les commentaires ou sur la page Facebook du Règne.
      Ah oui et aussi, mon égo va très mal : qu’espérer d’autre d’un mec qui arbore un dessin de lui-même sur son blog…

  15. Bonjour Léon,
    J’apprécie énormément de lire tes articles, peu importe que je partage ou pas tes critiques. Mais tu es bien désinvolte et le reflet de ta génération : en quelques ligne, tu tailles dans le vif et la sentence tombe, une sentence imperméable au respect et à la considération que peut inspirer le travail d’autrui.
    Comme quoi, un talent peut se cacher derrière un physique de jeune premier (oups… je crois que nous appartenons à la même génération !!!).
    Plus sérieusement, merci pour tes articles !

    • Salut Lili,
      Merci pour ton intérêt et tes compliments.
      Quant aux réserves que tu émets, je sais bien que l’exercice a ses limites. A vrai dire, la question me hante pas mal : qui est ce petit con qui n’a rien fait et qui se permet de dézinguer le travail d’équipes entières en quelques punchlines insolentes ? Il y a quelques mois, j’ai eu la chance d’être invité à un festival de court-métrages étudiants. Et bons ou mauvais (surtout bons d’ailleurs) je n’avais que du respect pour les jeunes réalisateurs présents dans la salle. Des types qui se battent pour leur passion, au point de mobiliser tous leurs potes, tous leurs réseaux, tout leur temps libre, pour arrêter de se palucher, et faire des films. Et très franchement je me suis demandé qui j’étais pour juger des types aussi courageux.
      Mais sur le blog j’ai moins d’états d’âme : je ne suis personne, je n’influence personne (tout le monde fait l’inverse de ce que je conseille, et de toute façon, je publie 10 ans après la sortie des films) et je ne coûte pas un euro. Pas de problème de légitimité donc, juste un amoureux du cinéma qui joue les dictateurs sur son petit blog. Et si ça pète, c’est parce que je m’ennuie quand je lis des critiques conventionnelles, qui se parent du masque, bien plus dangereux à mon avis, de l’objectivité.
      Alors n’hésite pas à manifester ton désaccord, quand tu penses que je me trompe. Il sera toujours le bienvenu, même s’il est imperméable, irrespectueux et taillé dans le vif de notre génération de zappeurs.

  16. Salut Léon,

    je viens de mater un film “libre et assoupi” de benjamin GUEDJ et je ne sais pourquoi, j’ai pensé à le partager avec toi.

    Bisous des vendéens à vous deux

    • Salut Philippe ! Peut-être que je suis libre et assoupi moi aussi. La nuit surtout. Et vers 14h aussi.
      En tout cas il avait l’air marrant ce film, mais je l’ai raté. C’est drôle ?
      Bises des parisiens à vous quatre !

  17. J’adore ce site! Une amie me l’a conseillé sachant combiens j’aime le cinéma. Je n’adhère pas toujours avec les commentaires (ahaha… mais est-ce le but recherché? ;-), je n’ai pas encore osé me lâcher dans les commentaires… Peut être que j’attends que tu nous dises t’être endormis devant ”the Imitation Game” (qui a été pour moi une très belle surprise. Je sais, je sais B. C. joue le même rôle que dans Sherclock, mais comme je ne regarde pas cette série… je l’ai trouvé excellent) ou que tu t’exstasies devant ”Bird man” (qui est une grande scène *baillement* de 2h) pour que j’ose -peut-être- donner mon avis.
    Bon boulot en tout cas et continue comme ça !!!

    • Salut Narwal, merci pour le compliment.
      Pas vu les deux films, mais promis, je verrai au moins Birdman. Et pour l’instant, tout le monde a l’air d’aimer à part moi. Je ne peux rien te promettre, à part que je n’irai pas dans le sens du vent si nécessaire, comme tu as peut-être pu t’en rendre compte ici.
      Mais si c’est vraiment un chef d’oeuvre, je t’attends sous l’article, avec ta batte de base-ball et des copains culturistes.

  18. Hey,

    Je ne sais pas comment t’envoyer un message pour ton blog de photos carrées, alors je le fais ici. Tes photos sont bluffantes. Je ne suis qu’une amatrice, mais tu as quelque chose. Et quand j’ai vu ça, j’ai pensé à toi http://www.henricartierbresson.org/prix-hcb/reglement/

    Faut y aller au culot dans la vie. Je suis allée l’expo Raymond Depardon au Mucem il y a quelques semaines. Tu n’as rien à lui envier.

    Allez, on se sort les doigts du cul !
    Des bises cordiales !
    Lise

    • Salut Lise ! C’est drôlement gentil ce que tu me dis là !
      En fait le prix, ça a l’air hyper balèze, il faut être parrainé par une institution tout ça… Mais bon, 35 000 euros, je suis sûr qu’en réfléchissant je pourrais trouver quoi en faire.
      Promis, si je sors mes doigts de mon cul et que je gagne le prix, je t’en reverse une part généreuse.
      Bises et à bientôt, dans l’univers.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>