Star Wars VII. Laser mi.

Screen-Shot-2014-11-28-at-8.13.42-AM

Faut-il aller voir Star Wars VII : Le Réveil de la Force ?

Qu’est-ce vous voulez que je vous dise ?

Que le cinéma c’est du marketing ? Que les budgets sont inversement proportionnels au talent, et que les budgets augmentent ? Que de toute façon, le talent, George Lucas n’a jamais croulé dessous ? Que Disney est une secte qui nous lobotomise en musique depuis 50 ans ?

Vraiment ?

Vous voulez que je vous fredonne une attaque gratuite contre Hollywood pour la cinquantième fois ? Vous attendez que je vous répète tout le mal que je pense de JJ Abrams ? Que je vous serine encore une fois que les fans sont des veaux et que les geeks sont des tâches ?

A quoi bon ?

J’ai six ans. Depuis dix jours. Et je me sens vieux. Depuis décembre 2009, je combats le cinéma industriel, les comédies franchouillardes et les auteurs prétentieux. Toujours les mêmes. Et tel un sanglier hermaphrodite dans un monte-charge, je suis à court de métaphores. Je me sens comme Sisyphe, redescendant sa montagne, pour pousser des critiques dans le désert. Mais dans le désert, personne ne vous entend critiquer.

OKAY ?

Reprenons. Bonne année, lapin. Pour ouvrir 2016, je te propose d’accueillir un invité exceptionnel.

“Salut les wookies !”

Bonjour JJ. Assied-toi et prends ton crayon. Range moi ce doigt, tu ne trouveras aucune réponse à l’intérieur de ton nez. Alors, explique-moi, lapin, comment fait-on un bon film ?

“En faisant de jolies images ?”

Certainement, JJ, d’ailleurs il y a quelques beaux plans larges dans ton Star Wars 7 : des carcasses de vaisseaux, une colline enneigée et… Et c’est déjà pas mal. Les plans sur le soleil couchant, tu les as pompés sur la première trilogie, mais après tout, un artiste est un bon copieur, ce n’est pas à toi que je vais l’apprendre. Quoi d’autre ?

“En… choisissant des bons acteurs ?”

Bravo JJ ! Ton actrice principale est merveilleuse. C’est Keira Knightley après une greffe de charisme. Mieux, c’est le premier personnage féminin intéressant, sans tresse et pas trop niais de toute la saga Star Wars. Bravo JJ ! Si on était 1954, je dirais que tu es un progressiste !

“Merci ! Ça veut dire j’ai bon ?”

Pas complètement mon pote, John Boyega a le charme d’un plat de nouilles, Carrie Fisher n’arrive pas à croire qu’on vient de lui filer un rôle et Harrison Ford joue avec la conviction d’un mec qui fait la queue chez Pôle Emploi (mais c’est un peu le cas, au fond). Même Adam Driver tu l’as raté ! Hypnotisant dans Girls, il ressemble à un adolescent ébahi à l’aube de sa première érection. Comme méchant flippant, tu pouvais trouver mieux.

“Mais il y a quand même des supers personnages animés !”

Oui lapin, tu féliciteras tes informaticiens, ils ont bien travaillé : BB8 est un joli petit robot mignon et il y a quelques éléphants rigolos, mais pour ton gros méchant pompé sur Voldemort, tu aurais pu faire un effort. Tu n’as pas fini, qu’est-ce qu’il te manque ?

“DES ZEFFETS SPECIAUX !!!”

D’accord JJ, rassied-toi je t’en prie. C’est bien les zeffets spéciaux, on n’est pas là pour voir du Haneke, mais ça ne te dispense pas d’avoir des idées. Les pieuvres à dent de scie, les combats mous du gland et les courses spatiales de Playstation, ça sent un peu le renfermé par exemple.

“Mais dans le premier y’avait…”

Je sais. T’as tout fait comme dans le premier. C’est très gentil de lui rendre hommage, mais tu sais, c’est loin d’être le meilleur. Je ne te demande pas d’inventer, mais tu aurais pu copier des choses plus récentes, non ? On a quand même eu quelques idées de mise en scène, depuis 1977 !

“De mise en… ?”

Scène. Mise en scène. Ton métier. Allez, il te manque encore un élément essentiel pour faire un bon film. Concentre-toi.

“Heu… La 3D ?”

Non JJ, ça c’est pour permettre à ton producteur de doubler ses marges en explosant la rétine du Règne. Il manque un autre ingrédient. Quelque chose de très simple, qui te manquait aussi dans Lost ?

“Les… Références au premier…”

J’ai dit non JJ ! Tu emmerdes tout le monde avec le premier ! Tu croyais vraiment que les spectateurs voulaient revoir Chewbacca miauler dans le Faucon Millenium ? Qu’il fallait faire revenir ce putain de C3PO ? Le masque noir qui respire fort et étrangle ses potes à distance ? Les X-Wing ? Les Ti-Fighter ? Même l’Etoile Noire, bordel, c’est la même JJ ! C’est pas une suite ton film, c’est un remake !

“Mais… Les fans…”

On leur pisse à la raie aux fans ! C’est des malades qui traitent leurs troubles obsessionnels compulsifs en collectionnant les brosses à dent R2D2 ! Les fans ne font pas vivre les oeuvres, JJ, ils les noient sous leur bave pavlovienne. Si tu veux t’en faire, des fans, fait juste un BON FILM ! Et je le répète une dernière fois, JJ, QU’EST-CE QU’IL TE PUTAIN DE MANQUE ?

“Des… Des effets plus…”

ARRÊTE AVEC LES EFFETS !

“Jabba the Hut ? Bobba Fet ?”

… JJ…

“…” 

Non ?

“Un caméo de George Lucas ?”

“Du sexe ?”

Un scénario JJ. Un film c’est un scénario. Pas une suite de gimmicks piqués un peu partout et des clins d’oeils à s’en fracturer les paupières. Et dans un scénario, lapin, y’a des dialogues. En regardant Han Solo et Leïa bégayer leurs répliques pétées, j’ai frôlé l’AVC à deux reprises.

“Si t’avais raison, y’aurait plus de visiteurs sur ton blog que de monde devant mes films.”

Va chier, JJ.

En Bref : Il faut aller voir Star Wars : Le Réveil de la force. De toute façon, vous ne m’avez pas attendu pour y aller. On vieillit, mais il ne faut pas cracher sur notre enfance, l’actrice principale est excellente et puis, compte tenu de ce que JJ Abrams a fait subir à Star Trek ou Mission : Impossible, son dernier film est clairement le moins raté.

Mais Dieu, qu’il est mauvais. Horriblement mal dialogué, jamais fun, excitant ou simplement mis en scène et gavé jusqu’à la glotte de références à lui-même… Si les fans sont des veaux, Star Wars 7 est une gigantesque mamelle.

La seule bonne nouvelle, c’est que la prochaine fois, on têtera celle de Rian Johnson, le génie derrière Looper.

Meuh.

Hunger Games 3. Lara Soft.

4525001_6_1d7f_jennifer-lawrence-dans-le-film-americain-de_fc3c6aa4ee988ef9d091ca7e80518196

Faut-il aller voir Hunger Games – La Révolte : Partie 1 ?

Je suis malade. Ça fait dix jours que je respire par la bouche, et encore, quand ça marche. Parfois je respire pas du tout, je me contente de cligner des yeux. J’aimerais être un dauphin, qui court après les vagues dans une mer bleue azur. Ou une noix de coco, qui se balance au-dessus d’une plage en sifflant les jolies filles. J’aimerais être un nénuphar, ça s’enrhume jamais un nénuphar. Ou peut-être un albatros.

Mais il y a bien une chose que je n’ai pas envie d’être, c’est l’auteur d’un blog cinéma qui doit parler de Hunger Games numéro 3.1

Je fatigue. Ça fait longtemps que j’écris ici, et j’ai déjà utilisé beaucoup de métaphores pour démonter les mecs qui confondent le cinéma avec un supermarché. A vrai dire je ne sais même pas si le film rentre dans la catégorie “Cinéma”. Les premiers à le penser semblent être ceux qui l’ont fait : car d’un bout à l’autre, Hunger Games 3 est un produit.

Pour gagner beaucoup d’argent avec la franchise, ils ont séparé le dernier épisodes en deux films distincts. Technique inaugurée avec Harry Potter, consistant à ne pas laisser partir trop vite un public que l’on considère comme une vache à lait. Sauf qu’en l’occurrence, la première partie du film ressemble à une forme obscure de télé-réalité australienne : des ados et des adultes discutent dans des couloirs.

Bon bien-sûr, il faut aussi de l’action, donc Katniss sort une fois de temps en temps pour combattre un avion de chasse avec son arc, pleurer sur un sol jonché de crânes humains ou communiquer avec des geais moqueurs en sifflant… Heureusement, à aucun moment elle ne se déguise en salade. C’est la seule chose qui manquait au film pour briller éternellement au firmament des nanards. L’acme de la mise en scène étant atteint lorsqu’une armée de rebelles commandos opère à une attaque nocturne surprise… en chantant.

Mais finalement, le plus gros échec du film n’est ni son scénario ridicule, ni sa mise en scène pathétique, mais son actrice principale. Heureuse détentrice de l’Oscar, Jennifer Lawrence profite du film pour nous montrer qu’elle maîtrise tous les codes de l’Actors Studio. Elle sait tout faire, de la crise de larmes hystérique au déferlement lacrymal, en passant par les pleurs niagaresques et le sanglot compulsif. C’est gênant. Même Philipp Seymour Hoffman semble avoir décidé de jouer faux, pour ne pas faire tache. Paix à son âme. Fallait-il être en manque pour accepter un tel cachet.

La seule chose qui aurait pu être intéressante finalement, c’est le sous-texte du film, ouvertement ironique qui critique mollement la société du spectacle et la mise en scène de l’actualité. En gros, nous serine Hunger Games, “le cinéma vous prend pour des cons”.

Nous voici convaincus.

En Bref : Il ne fait pas aller voir Hunger Games. La Révolte – Partie 1. C’est peut-être étonnant que je m’en étonne. Mais malgré le fiasco du deuxième opus, je n’arrive pas à oublier que cette série pour ados s’est ouverte sur un très bon film.

Rideau. Hollywood a repris ses droits sur la franchise. Et il y a du fric à faire. En fait, peut-être qu’il faut aller voir ce film : mieux qu’un long discours c’est une manière de contempler le spectacle effroyable de l’humanité, toujours prête à marcher sur la beauté pour courir sans relâche après l’appât du gain.

Je vous laisse, je retourne sur mon arbre.

Les gardiens de la galaxie. Usual supplice.

gardiens-avis-critique-film

Faut-il aller voir Les gardiens de la galaxie ?

Je crois que j’aime moins le cinéma.

Ou peut-être que le cinéma m’aime moins. En tout cas on s’est un peu éloignés cette année. Il m’a trop déçu et je ne lui ai pas été trop fidèle (j’ai lu un livre). Il a commencé à me décevoir en janvier dernier, et aujourd’hui c’est à peine si je lui fais confiance. Il a trop menti, il a trop promis et trop trahi. Je crois qu’il a changé.

Mais voilà que mes potes me disent qu’il est redevenu comme avant : “le film de l’été est une petite bombe”, “le nouveau Marvel déboîte”, on aurait trouvé un vrai film hollywoodien comme avant, l’humour et l’action enfin parfaitement dosés… Les salles se remplissent et je fini par y croire. Est-ce que c’est un piège ?

Déjà il y a un mensonge : ce n’est pas l’Hollywood d’avant. Dans l’Hollywood de mon enfance, on inventait les histoires. On se disait : “Tiens, il y aura un archéologue avec un fouet”, “Et il y aura aussi une voiture pour voyager dans le passé”, “Et après une générique de début biseauté au milieu de l’espace, on se fera survoler par un gros vaisseau”. On disait ça, et on envoyait les dollars. On avait des couilles, on passait pas notre temps à se demander quelle putain de bd américaine/livre pour ados/vieux film déjà refait deux fois on pourrait adapter en l’aseptisant un maximum.

Non je ne vais pas recommencer à ronchonner comme d’habitude. Mais je fatigue un peu de voir Marvel épuiser son catalogue jusqu’au dernières pages plutôt que de prendre le risque d’inventer un truc. D’autant que souvent, ce sont les histoires inédites qui font les meilleurs films, parce qu’elles sont pensées pour le cinéma.

Et l’histoire de ce dernier, en l’occurrence, est nulle à chier. D’ailleurs on n’y comprend rien. Zorg veut tuer Zonka, pour déclencher une guerre contre les Klougs à l’aide de Zelda et Optimus Prime. A un moment on ne voit plus rien, et je crois bien savoir ce qu’il y avait sur mon nez. Les scénaristes ont fait le pari d’écrire en utilisant uniquement leurs gencives. Le défi est relevé.

Que reste-t-il ? Des héros rigolards qui font des conneries dans l’espace. En passant, ils lâchent une poignée de répliques d’anthologie, parodiant ouvertement toutes les autres productions Marvel. Et quand tous les héros se lèvent pour se jurer d’être fidèles les uns aux autres, le petit renard cynique casse l’ambiance “Bon voilà, moi aussi je me lève. C’est bon, on est tous debout maintenant. Qu’est-ce qu’on fait ?”

C’est marrant. Parfois brillant.

Et pourtant c’est toujours un peu raté. Il y a même un tas de supers vannes qui ne marchent pas complètement, faute d’un bon acteur pour les dire, faute de rythme, faute de décalage dans la réalisation. Pourquoi ? Parce qu’au final, le film épuise tout de même les bonnes vieilles cordes du héros dragueur, de la jeune fille en détresse, des amis pour la vie et des sauveurs du monde.

Et si l’histoire est très souvent tentée par l’alternatif, l’immoral et les lecteurs cassettes, elle finit toujours par pencher vers la recette classique : une bonne vieille aventure de super-héros, pas très originaux, et malgré tout un peu fades. A croire qu’il y a eu un bras de fer entre les producteurs et les cintrés qui ont écrit les dialogues.

A ce jeu là, malheureusement, ce sont toujours les mêmes qui gagnent…

En Bref : Il faut aller voir Les Gardiens de la Galaxie. Ah bon ? Ben oui, même si je viens de dire le contraire pendant trente lignes, ça serait quand même vraiment dommage de tourner le dos à Hollywood pour une fois qu’ils tentent de se libérer de leur carcans pourris.

Dommage qu’autour de cette bonne idée, tout le boulot soit fait à l’emporte-pièce. Les acteurs, les décors, les horribles scènes d’actions et la trame principale ne font pas honneur au travail des scénaristes.

Mais le jour où on les libérera, y’a moyen qu’ils fassent du bordel.

Maps to the stars. Happy Fous.

maps-to-the-stars-img04

Faut-il aller voir Maps to the stars ?

C’est l’histoire d’une famille dysfonctionnelle qui s’appelle Hollywood. C’est l’histoire des enfants fous, de l’argent roi et la même chose dans l’autre sens. C’est l’histoire d’un inceste, d’un incendie, de la violence et de la folie. C’est l’histoire de nous, puissance mille. C’est l’histoire des happy few, les dessous des tapis rouges et les coulisses des siphonés du trombonne.

Youhou, je peux écrire n’importe quoi, parce que de toute façon c’est n’importe quoi. Ces derniers temps, Cronenberg avait disséqué la violence, étudié un peu de russe et lu pas mal de psychologie, alors il en a eu marre, et il a décidé de faire une comédie punk sur le star-system.

Et ça a beau être aussi barré, expérimental et radical que d’habitude, c’est bien la première fois qu’on comprend le message sans faire d’effort. Probablement parce qu’il est un peu naïf, voir ultra-convenu : “le système d’holywood c’est des cons wesh, et les stars c’est des égocentriques”. Sans dec’ David ? Toi aussi t’as vu Celebrity, Sunset Bouelvard ou l’un des quarante-cinq autres films sur le sujet ?

Dans des scènes un peu répétitives, Julianne Moore se couvre de ridicule en jouant une actrice pathétique. C’est bien joué et vaguement drôle, mais derrière le format intello, il n’y a guère plus que les grosses ficelles d’une comédie facile et grassouillette. Il en va de même pour le personnage de John Cusack, gourou vénal et obsessionnel qui rappelle un peu le Tom Cruise de Magnolia en mille fois moins bien.

Donc c’est pourri ? Cronenberg a mangé Jude Appatow ?

Non, heureusement. Il l’a digéré. Le film est sauvé par les deux personnages les plus jeunes. Complètement flingués par le système, il leur reste pourtant encore assez d’humanité pour se rendre compte qu’ils sont cintrés. Dans le rôle principal, Mia Warsikowska impose une véritable douceur à son personnage, schizophrène imprévisible, qui tente de sauver le monde en faisant cramer ses proches.

Aux deux tiers, il y a presque de la tendresse, et donc de l’émotion, entre le frère et sa soeur. Mais David a décidé qu’il ne sauverait personne, donc le film part en fumée, dans un final trop grandiloquent pour être honnête.

En Bref : Il faut aller voir Maps to the stars. Parce qu’il y a de la force, des sacrés acteurs et parce que le plus mauvais film de Cronenberg est toujours plus intéressants que le meilleur de Guy Ritchie. L’humour y est allègrement grinçant et la folie plutôt douce.

Mais tout de même, à force de nous dire que ses personnages sont tous des psychopathes, sans vraiment chercher à les sauver, le réalisateur prend le risque de perdre son spectateur : “Puisqu’ils sont tous abjects, qu’ils brûlent”.

On en a pas grand chose à foutre.

12 years a slave. Cotton Club.

MCDTWYE FS008Faut-il aller voir 12 years a slave ?

Foutu labyrinthe ! Un mois que je tourne dedans, sans boussole, sans réseau, sans haine, ni arme, ni violence. L’enfer. Un mois sans cinéma. Ça devait bien faire cinq ans que je n’en avais pas fait l’expérience…

A cause du travail bien-sûr, mais pas que, ô grand pas que. Regardez les affiches ! Qu’y voit-on ? Rien ! Et le temps ne fait rien à l’affaire : je veux bien sortir de ma caverne, mais pas pour me taper un Wes Anderson. Lorsqu’on est affamé, personne ne rêve d’une sole meunière.

C’était la digression, pour les anciens. Si tu viens de débarquer sur ce blog, tu te demandes sûrement qui c’est, ce mec qui raconte sa vie dans une critique cinéma. Ben c’est moi.

Avant cet exil, j’ai vu l’oscar. Inquiet. Il n’a pas fallu attendre Steve McQueen pour voir des réalisateurs pointus se faire manger par l’Hollywood : Kassovitz, Mendes, Lumet, Pitof (lol)… A part Jeunet et son Alien formidable, rares sont ceux qui survivent sous les coups de boutoirs de l’industrie et de ses industriels.

Steve McQueen n’échappe pas aux pop-corns. Ils sont même fluorescents et criards. Commençons par le pire d’entre eux : Hans Fucking Zimmer et son armada de violonistes larmoyants. A chaque moment fort, le compositeur redondant rajoute du nutella dans la confiture sans se rendre compte qu’il assassine le goût.

L’autre meurtrier, c’est le gros Brad et sa stache-beubar de l’apocalypse. Armé de son accent traînant désormais typique (parce qu’il le traîne dans chaque film), Mister Jolie nous courre magistralement sur le haricot, avec une version light d’I have a dream, qu’il annonne à deux reprises.

En deux mots, on pourrait résumer son laïus par cet alexandrin : « Mèèèèn slavery is a bèèèèd ting. » Dough… De la part d’un producteur qui fait bosser des noirs pour faire fructifier son blé, c’est moyen (Tout doux Kevin, c’est une blague.)

Tout cela est d’autant plus neuneu, que le film est fin. Si l’on oublie le monologue pataud et lacrymal d’Adepero Oduye (le seul personnage du film qui ne méritait pas d’oscar, avec Bradou), tout le reste est brillant.

Malgré les lourdeurs sus-cités, Steve McQueen conserve son sens inné de la mise en scène. Mieux, il l’adoucit : pas de plans interminables sur une chanson, ni de type qui balaie un couloir pendant trois minutes. Face à ce pan d’histoire, McQueen l’artiste un peu nombriliste, a gagné en modestie.

Parce que les studios californiens trempent tous les films dans le formol, peut-être, mais surtout parce que le réalisateur a beaucoup de respect pour son sujet. Ici, il ne s’agit pas faire le malin avec une grue, mais de raconter l’histoire, la vraie. Il s’agit de filmer les visages, les champs de cotons, et les chants de ceux qui le ramassent, au rythme du fouet. Et McQueen le fait comme personne.

Sur l’esclavage américain, on n’a jamais rien vu d’aussi fort. Rien.

En Bref : Il faut aller voir 12 years a slave. Parce que la forme est époustouflante, comme toujours chez McQueen, mais aussi parce que l’histoire est forte, simple, sans manichéisme, et portée par des comédiens au sommet.

Sans l’interventionisme d’Hollywood, les violons d’Hans et la crinière de Brad, on tenait le meilleur film de l’année. Faute de mieux, il sera dans le top 10, surtout si les autres continuent de dormir.

Dallas Buyers Club. Mec, dame, cow-boy.

DBC_650

Faut-il aller voir Dallas Buyers Club ?

Ce titre a raflé la mise pour rester consensuel, parce qu’il était moins trash que “A dada sur le sida” et moins con que “Pénis Texas”. On peut rire de tout, mais par pitié, pas le jour de la chandeleur.

C’est l’histoire de Ron et Rayon. Un cow-boy et un lady-boy, qui s’unissent pour fournir des médicaments illégaux aux premières victimes du Sida.

Donc à première vue, c’est pas drôle. Mais en fait c’est plutôt marrant. Conscient du danger que représente son pitch, le québécois Jean-Marc Vallée, fait le maximum pour nous épargner les violons et les mouchoirs. Bien au contraire, il accentue les côté boiteux de son binôme, sans se complaire dans la caricature.

On rigole donc un peu devant les chamailleries du duo. Matthew McConaughey (quelqu’un sait si on prononce le “g” au fait ?) continue d’être l’acteur de l’année face à un Jared Leto magnifique. Hollywood oblige, le scénario nous inflige tout de même quelques scènes lourdissimes pour s’excuser d’avoir fait des vannes homophobes au départ.

Ron se voit donc obligé de casser la gueule à ses anciens potes cow-boys pour défendre l’intégrité de son ami(e) Rayon. C’est lourd, d’autant que l’amitié entre les deux héros se lisait déjà dans les regards, avec bien plus de force. Mais comme le spectateur est un con, on surligne.

N’empêche, la mise en scène évite tout de même la plupart des effets de manche à deux balles pour livrer beaucoup de scènes assez justes au service d’une histoire fondamentalement intéressante. Derrière la comédie, le réalisateur déboîte l’administration américaine, ses liens avec l’industrie pharmaceutique et la légèreté criminelle avec laquelle a été pris le Sida, à l’époque où c’était juste un “cancer gay”.

Ça sent un peu la dissert’, c’est secos et trop complexe pour accrocher aux accoudoirs. Mais par les temps qui courent (oui oui), c’est quand même salutaire de voir un scénario s’écarter des sentiers battus.

Au final, le vrai manque du film, c’est peut-être un peu d’émotion. De la vraie, pas celle un peu artificielle de Jennifer Garner qui fait des trous dans son mur en pleurant. Parce que l’histoire est longue, sifflée sur l’air du biopic et pas toujours intéressante, on oublie de s’attacher aux personnages, sans trop savoir s’ils sont des combattants de la liberté, ou des businessmen cyniques.

Un peu comme les producteurs d’Hollywood. Sauf qu’eux on se doute quand même.

En Bref : Il faut aller voir Dallas Buyers Club. Parce que les acteurs se démènent, parce que l’histoire est inédite et parce qu’il y a des bonnes vannes. Mais franchement, le passage américain du réalisateur de C.R.A.Z.Y est une déception.

Tout est relatif. Si c’était un film Guy Ritchie, je crierai au miracle.

Lone Ranger. Le masque et les plumes.

Lone ranger

Faut-il aller voir Lone Ranger, Naissance d’un héros ?

J’aime bien le sous-titre de la version française. Il montre la place du marketing dans la création artistique des studios Disney : « Naissance d’un héros”. Une façon volontariste de dire : “On espère qu’il va bien marcher çui-là because on a déjà adapté tous les autres super-héros de la lose mais on aimerait bien faire une énième trilogie avec quatre films pour se faire autant de fric qu’avec les Pirates des Caraïbes et construire un nouveau manège à Marne-la-Vallée.” Le marketing, c’est faire passer des messages sous-marins avec trois mots rigolos.

Mais ça ne marchera pas.

Parce qu’on fait des bonnes soupes dans les vieux pots, mais pas en utilisant les mêmes ingrédients. En l’occurrence, c’est pourtant la même recette que Pirates des Caraïbes, mathématiquement calquée : Gore Verbinski + Disney + Héros insipide + Johnny Depp bourré + Genre oublié remis au goût du jour + Bateaux ah non, Trains.

Mais contrairement aux flibustiers, les bandits de grands chemins ne braquent pas grand chose et se ramassent allègrement dans les salles américaines et françaises. Et pour cause, il manque un ingrédient à la copie conforme de Pirates des Caraïbes : la nouveauté.

Et l’inspiration aussi : L’indien bizarre est beaucoup moins marrant que Jack Sparrow, le très lourd Armie Hammer (Merde, “Armée Marteau”, really ?) et sa mâchoire carrée sont beaucoup moins jolis qu’Orlando Bloom et son petit bouc, Keira Knightley ne se promène pas en chemise de nuit et le méchant et sa sale gueule ne sont jamais drôles.

Certes, après Avatar, on peut apprécier le fait de voir un film américain esquisser un recul critique sur son histoire et tourner perpétuellement son héros en dérision. Malgré tout, au fond, le scénario livre toujours la même soupe patriotique sur fond de drapeau qui flotte et de héros vengeurs, dans la plus parfaite rhétorique réac.

Mais en vrai on s’en fout du message, je vais pas jouer les web-philosophes moisis, on est là pour rigoler, pour sauter sur son siège et ouvrir grand la bouche. Même là, c’est limite : on ne croit pas vraiment aux cascades grand-guignolesques, les blagues sont un peu lourdes et tout le film manque tellement de fraîcheur, que le sortir en salle par une chaleur pareille, c’est presque criminel.

Alors OK, c’est marrant de voir Johnny gober des raisins. M’enfin quand même, comparer ça à Leone, c’est avoir la mémoire courte.

En Bref : Il ne faut pas aller voir Lone Ranger, Naissance d’un héros. C’est une grosse farce indigeste, faussement complexe sans être vraiment ambitieuse. Et son vrai talon d’Achille c’est probablement le Lone Ranger lui-même, aussi con et lourd qu’un cow-boy sans harmonica.

Et cet échec commercial n’a rien d’une surprise : après quatre adaptations filmées, plusieurs dessins animés et des centaines de comics et de livres, le Stetson masqué n’a jamais réussi à franchir l’Atlantique. Mais dis-moi Hollywood, quitte à te planter, t’aurais pas pu essayer d’innover pour une fois ?

Pacific Rim. Deep Rim.

SSD-15157.DNGFaut-il aller voir Pacific Rim ?

Franchement, je me demande si le fait d’aimer un blockbuster a quelque chose d’objectif. Ou est-ce que, finalement, c’est juste relatif ? Dans le sens ou parfois on aime bien manger un bon burger de fast-food. Alors on dit “Mmmh c’est un bon Quick ça, avec des bonnes frites Miam !”. On sait qu’au fond c’est d’la merde, mais au moins on la connaît, elle ne surprend jamais et, ce jour-là, c’était pile ce qu’on avait envie d’engouffrer.

Les blockbusters américains, je trouve ça nul à chier en général. A part quelques vrais pépites (Matrix, Indiana Jones 3, Die Hard 3 ou Terminator), c’est un peu toujours la même bouse, où tout est archi-convenu, sans aspérités et surchargé d’effets clinquants en images de synthèses. Et pourtant, il m’arrive d’avoir un petit faible pour l’un ou l’autre, sans comprendre pourquoi. Alors même que tout le monde pointe, à raison, les incohérences énormes, les clichés et le manque d’ambition global.

D’où la conclusion hâtive de mon théorème un peu moisi : si la critique de film est subjective, elle l’est peut-être encore plus pour les blockbusters. Parce que dans l’assouvissement brutal de pulsions souterraines et animales, il ne reste plus beaucoup de place pour l’analyse et l’intelligence (qui, le reste du temps, pullulent sur ce blog, autant qu’il est possible de pulluler).

Ceci étant dit, engageons :

Pacific Rim est un film porno pour adolescents attardés. Des robots géants qui bastonnent des méchants lézards à coups de camions-citernes au milieu des buildings de Tokyo. Comme une rencontre ultime entre GodzillaNeon Genesis Evangelion et tous les jeux vidéos de notre enfance.

Si vous êtes une fille, peut-être ignorez-vous qu’avant de vous rencontrer, les jeunes hommes d’aujourd’hui ont pris beaucoup de plaisir à taper sur des méchants lézards à coups de camions-citernes. Mais c’est pourtant un vieux fantasme, aussi réel que vos nuits imaginaires dans les bras des World’s Appart (ou des frères Jacques, si vous me lisez depuis une autre génération).

BREF. On dirait que c’est cool, ça devrait être cool, et pourtant, c’est un nanard stratosphérique.

Parce que, toute dantesques qu’elles soient, les scènes d’actions sont molles, lentes et plutôt moches. Presque intégralement en images de synthèses, le film tente de rajouter de l’humain en montrant les pilotes des robots. Mais ces derniers s’agitent en l’air comme des cons, suspendus à des bras mécaniques, dans des moments particulièrement ridicules.

Et sans action, que reste-t-il à un film d’action ?

Un scénario pourri, qui mélange outrageusement les scènes dégoulinantes de patriotisme, l’éternel héros blessé et une véritable avalanche de clichés moribonds. Lorsque le général monte sur un tonneau pour haranguer les soldats, avant de finir sous les violons et les applaudissements, il m’a fallu du courage pour ne pas quitter la salle.

Ajoutons-y un scénario bouffi d’incohérences, mais qui tente malgré tout de se justifier en jargonnant (“Attention, il ne peut pas accepter une simple connexion neuronale”, “oh non il dérive dans ses souvenirs”) plus un horripilant scientifique à lunette qui passe le film à hurler sans être drôle, et vous obtenez ce qu’on a fait de pire au cinoche, depuis l’infâme Sucker Punch.

Mais encore une fois, c’était peut-être pas le bon jour pour un burger…

En Bref : Il ne faut pas aller voir Pacific Rim. Même si ça fait appel aux bas-instincts des ados que nous étions l’année dernière, c’est stupide, moche, ennuyeux et mortellement convenu. Et si les pilotes sont connectés par le cerveau et connaissent leur machine comme leur poche, l’un d’eux ne peut pas se rendre compte au bout d’une demi-heure de castagne que “hé mais attend on a une épée aussi !”

Au fond de ce gouffre, on oublierait presque le jeu sans faille d’Idriss Elba, acteur monumental de The Wire, dont l’intensité du regard ne devrait pas tarder à faire le tour de la planète.

Par ailleurs, la loi m’oblige à vous préciser que cet article est sponsorisé : pour mentionner le nom de son restaurant, la marque Quick m’a payé 3 000 euros net. D’ailleurs je file boire un coup à votre santé. Skol !

 

Man of Steel. Kryp-Tonic.

Man-Of-Steel-Wallpaper-

Faut-il aller voir Man of Steel ?

A priori, tout porte à croire que non.

Parce que Superman est le super-héros le plus chiant : sans défauts, sans humour, sans charisme, sans aspérités ni faiblesses et sans slip rouge pour l’occasion. Mais aussi parce que Zack Snyder avait déjà fait beaucoup de mal à nos rétines dans sa dernière daube, ainsi qu’à l’oeuvre d’Alan Moore dans son adaptation bancale de Watchmen.

Et puis en général, il y a longtemps qu’on a perdu confiance dans la capacité d’Hollywood à nous émerveiller, tant les produits qui en sortent préfèrent systématiquement le retour sur investissement à l’aventure artistique.

Cela étant posé, il faut savoir ce que l’on attend quand on rentre dans une salle. Personne ne vas voir Man of Steel pour sentir planer le fantôme de Bergman. Il serait donc inutile de taxer le film de brutalité excessive, de scénario convenu ou de manque de réalisme. Et non Corinne, les hommes ne volent pas. A part de temps en temps, au Carrouf, quand ils laissent la tablette de chocolat au fond du cabas à roulettes, ce qui nous écarte du sujet.

Je suis donc rentré dans la salle comme on prend la ligne 13 : sans grand espoir.

Surprise ?

Et oui surprise. D’abord, on avait presque oublié que Snyder était doté d’un vrai sens de l’image (ou d’un gros budget étalonnage). Caméras à l’épaule, effets “news” assez réussis et couleurs travaillées… contrairement à son héros, la réalisation de Man of Steel ne manque pas de personnalité. Surpuissantes, les scènes d’actions rentabilisent le ticket du spectateur en faisant exploser la moitié de l’Amérique d’une manière plutôt efficace et sauvage.

Au-delà de ça, pas grand chose, mais il faut quand même saluer un bel effort des scénaristes pour donner un peu de fond à Clark. Moins lisse que d’habitude, Superman est dessiné comme un taiseux sudiste, jamais vraiment intégré et toujours mal-rasé. Plus sexy, faute d’être passionnant.

Ensuite il y a l’éternellement plate Loïs Lane, les scènes de bagarre interminables et certaines répliques haram telles que “à la fin de ce combat, l’un de nous deux sera mort”. Ajoutons une ou deux Star Spangled Banners et un scénario un peu bancal, et ça achève de niquer l’ambiance.

Dommage pour une fois, il y avait un peu de neurone sous le latex.

En Bref : Il ne faut pas aller voir Superman Begins. Si je vous le conseille, vous allez revenir pour m’engueuler. Mais si vous cherchez quand même un bon gros divertissement bas-du-front qui fait péter des trucs, celui-ci devrait largement remplir son rôle.

Maintenant ça serait quand même sympa qu’Hollywood tente d’écrire un scénario original un de ces quatre. A force de voir défiler les licences et les remakes à l’infini, on rentre au cinéma comme dans un supermaché, et on en sort aussi blasé.

 

 

Die Hard 5. Bruce scolaire.

photo-Die-Hard-Belle-journee-pour-mourir-A-Good-Day-to-Die-Hard-2012-1

Faut-il aller voir Die Hard. Belle journée pour mourir ?

La réponse semble évidente. La grosse franchise, étirée jusqu’à la moelle pour engraisser des producteurs, on a déjà dit tout le mal qu’on en pensait ici (oui on parle de nous comme ça maintenant, le Règne est en plein revival Alain Delon dans sa vie).

Malgré tout, on ne parle pas ici d’une énième machine à imprimer des dollars, mais de la série qui a inventé le blockbuster coolos, incarnée par le flic chauve le plus désinvolte du cinéma américain. Et a vrai dire, si vous lisez cet article, vous le savez sûrement déjà, donc je vais pas vous endormir avec l’histoire de Die Hard, parce qu’on s’en fout.

N’empêche, après un quatrième épisode plutôt chouette, ça valait le coup de laisser encore sa chance à John McClane.

Mais non non. C’est fini tout ça. A l’époque, Bruce Willis faisait des blagues en râlant parce que des tarés lui faisaient passer une journée de merde. Mais aujourd’hui, il faut voir plus grand et la série rentre comme tout le monde dans la grande famille du techno-thriller parano-mondial, où tout est contrôlé par des services secrets, des hélicoptères, des avocats véreux et des scénaristes sans inspiration.

Avant l’enjeu était de sauver un immeuble, un avion, New-York où la fille de John. Aujourd’hui, il s’agit de sauver le monde d’un méchant qui veut s’approprier des morceaux d’uranium (pas mieux les mecs, franchement ?). La seule différence c’est que cette fois, on y croit pas.

Pour le reste, c’est scolaire, pas scandaleux, mais sans surprise. L’intrigue est construite à la truelle, Bruce retrouve son fils pour aller de Moscou à Tchernobyl en deux heures dans une voiture pleine d’armes, McClane retente de faire des vannes, mais pour une fois, il ne peut pas prétendre qu’il est là par hasard, et ça tue le sel du film.

En toile de fond, on tente de nous émouvoir sur les relations difficiles d’un père et un fils. Lorsqu’ils s’avouent mutuellement qu’ils s’aiment juste avant de partir au combat, on se signe, et on prie un moment pour une série qu’on a aimé, mais qui a définitivement passé l’arme à droite.

En Bref : Il ne faut pas aller voir Die Hard. Belle journée pour mourir. C’est un film américain classique et sans saveur, qui se contente de bousiller l’héritage d’une belle série pour attirer le spectateur.

Mais s’il est désœuvré amateur de blockbuster et fan de Bruce Willis, le spectateur peut tout de même y passer un petit moment de nostalgie. Mais à ce prix-là, autant réécouter ses vieilles cassettes de Michel Fugain.