Dix pour cent. Agents troubles.

10186815-dix-pour-cent-la-serie-coup-de-coeur-a-ne-pas-manquer

Faut-il regarder légalement la première saison de Dix pour cent ?

Il paraît que les séries françaises deviennent cools. Engrenages enchaîne les prix aux StatesFais pas-ci, fais pas-ça est adapté en Italie et Les Revenants est cuisiné à l’américaine.

Le premier qui dit “Cocorico” prend ma main dans la gueule.

Mais je crois quand même qu’on est content. “Je crois”, parce que je n’en ai vu aucune. Je ne regarde jamais la télé, à part dans les gares, quand elle affiche les horaires d’un train. Par acquis de conscience, j’ai souffert devant la première saison du Village Français, qui m’a donné envie de me planter des clous dans l’oeil.

On ne m’y reprendra plus ?

Ben si. On m’y reprend. Tous mes potes m’ont dit que Dix pour cent était complètement raté. Du coup, forcément, je me suis léché les babines (essentiellement parce que je bave beaucoup) et j’ai sorti mon scalpel (essentiellement parce que je suis sadique).

Et à mon grand désarroi, ça démarre plutôt bien. Le rythme est entraînant, les personnages sont solides et les acteurs sont dirigés (ce qui manquait cruellement au Village Français). Au sommet de son art, Camille Cottin, magnifie son personnage de “Connasse” cathodique dans une version plus nuancée, qui la rendrait presque attachante. Autour d’elle, les personnages secondaires dépassent largement leurs statuts de faire-valoir.

Formidable ? Pas encore. Le scénario reste arrimé sur des stéréotypes en formica (la fille cachée, les provinciaux ébahis, les parisiens snobinards, les homos définis par leur sexualité…) mais, par miracle, les scénaristes parviennent à détourner la plupart de ces clichés avec des idées subtiles, quelques gags efficaces et des dialogues très bien écrits.

Se foutre de la gueule des acteurs et du cinéma, l’intention est salutaire, mais le défi est de taille pour une caste qui manque d’humour sur elle-même. Difficile, aussi, de rester impertinent en passant de Canal+ à France 2 en cours d’écriture (un épisode ou Pierre Niney se tapait de la coke et des call-girls en boîte en a fait les frais). Et malgré tout, Dix pour cent est largement moins lyophilisé que n’importe quel épisode du Grand Journal.

La limite, c’est qu’il faut tout de même rassurer les divas, au point de foutre les deux pieds dans la complaisance : dans chaque épisode l’acteur “invité” croule sous les compliments, “grande actrice”, “acteur incroyable” ou même “bête sexuelle”. C’est chiant, c’est mou et on a soudain l’impression de s’être téléporté chez Drucker.

Plus embarrassant, les scénaristes (ou le producteur ?) poussent la flagornerie jusqu’à donner son propre rôle à Dominique Besnéhard -producteur de la série- dont le nom est cité à plusieurs reprises pour être qualifié de “très bon producteur”. On regarde nos pompes, gênés d’avoir ouvert la porte au mauvais moment. “Pourquoi il était à genoux le monsieur, maman ? Il faisait le lacet de l’autre monsieur, mon chéri.”

Dommage, car la série est à son meilleur lorsqu’elle ose être vraiment mordante. C’est le cas d’Audrey Fleurot et Cécile de France, qui acceptent d’être confrontées à leur âge dans un métier obsédé par les jeunes filles. A ce propos, Line Renaud et François Fabian forment un duo superbe d’actrices revanchardes qui se tirent dans les pattes à l’enterrement de leur amant.

T’as vu ?

Depuis le début de l’article, il n’y a que des noms d’actrices. C’est certainement la plus jolie réussite de la série : des personnages féminins forts, rebels et jamais définis par leur rapport aux hommes. Au point de tendre vers la caricature inverse : les personnages masculins sont tous lâches, souvent hyper-efféminés, quand ils ne sont pas méchants et foncièrement dégueulasses.

Alors que bon… Y’en a des biens.

En Bref : Il faut acheter légalement la première saison de Dix pour cent. A l’exception d’un épisode 5 très inférieur (Joeystarr y est à son plus bas niveau) et malgré une certaine complaisance, la série fait honneur à la télévision française. Derrière les grosses ficelles, il y a de vrais auteurs, un sujet passionnant et un casting excellent.

Si la chaîne se détend sur le bon-goût, si les scénaristes osent aller plus loin dans l’impertinence et si les acteurs comprennent que l’auto-dérision est une jolie marque d’intelligence, alors, cette série très sympathique pourrait bien devenir quelque chose de vraiment bon.

Allez… Pierre Niney sous coke, je suis sûr que c’est familial.

Laurence Anyways. To bite or not to bite ?

Poupaud Poupon

Faut-il aller voir Laurence Anyways ?

Elle va pas être simple à écrire celle-là.

C’est l’histoire d’un couple moderne. Elle s’appelle Fred, il s’appelle Laurence. Il aimerait bien être “elle”, sans pour autant quitter Fred. Car non seulement Laurence est une femme dans un corps d’homme, mais Laurence est aussi lesbienne.

Il vient d’avoir 23 ans et il sort un nouveau film, présenté à Cannes, comme les deux précédents. Promis, quand il aura passé 25 ans, j’arrêterai d’ouvrir mes articles sur l’âge de Xavier Dolan, mais la précocité du réalisateur Québécois ne cesse de m’impressionner.

De m’énerver aussi. Dés les premières images, on retrouve ce style précieux et ultra-travaillé qui rend certaines scènes à la limite du supportable. Ralentis, couleurs saturées, dialogues incompréhensibles et hystériques sur de la musique omniprésente et criarde. Au bout de cinq minutes, j’étais à deux doigts de quitter la salle.

Pire, les erreurs de montages grossières (et probablement voulues, bien-sûr) se succèdent aux plans mal-composés, aux pistes mal-mixées et aux zooms très moches. De temps en temps, la caméra est brillante, mais le tout regorge tellement d’esthétisme qu’il est difficile d’oublier les artifices pour écouter l’histoire.

Et puis l’histoire surgit quand même. Elle est bouleversante.

A l’inverse de ses premiers films, Dolan laisse tomber le côté narcissique du jeune homme qui raconte ses histoires de coeur. Cette fois, il reste derrière la caméra. Par des procédés efficaces de mise en scène, il nous fait rentrer sous la peau de ce prof en crise d’identité qui veut être elle-même, sans perdre celle qu’il aime. Agaçante, l’histoire d’amour devient fascinante, puis déchirante.

Sans disserter, le film interroge le spectateur. Peut-on vraiment aimer au-delà de l’aspect physique ? Les transexuels sont-ils condamnés au malheur ? Sont-ils fous ou simplement maudits ? Comme dans l’excellent Tomboy, on regarde “la normalité” de l’extérieur, comme un poids absurde et blessant. Laurence devient marginal, puis marginale, ni par envie ni par goût, mais parce que la société l’y condamne.

Et puis le film s’égare dans une histoire qui traîne en longueur avant de terminer sur une fin à tiroir qui ne conclut pas grand chose. Mais on pardonne, bizarrement. Car cet énorme foutoir inégal semble porté par des scènes inoubliables et un sens inné du cinéma.

En Bref : Il faut aller voir Laurence Anyways. Derrière son stylisme un peu fatigant et ses effets à deux balles, Xavier Dolan n’oublie jamais son histoire, son propos et ses personnages. Plus vivants que jamais, ces derniers hantent nos têtes longtemps après la projection.

Face à l’excellent Melvil Poupaud, la Québécoise Suzanne Clément multiplie les registres, passe de la rage à la fragilité en un clin d’oeil et livre une prestation hypnotisante d’un bout à l’autre.

Si on ne la revoit pas bientôt chez les plus grands réalisateurs français, je change de sexe.