Mommy. Un fils à la patte.

Mommy-Movie-660

Faut-il aller voir Mommy ?

Le pire qui puisse arriver à un film, c’est que personne n’en parle. Mais le deuxième fléau qui le menace, c’est que tout le monde en parle.

Depuis Cannes, la quasi-totalité de la critique française bande pour Mommy, une bonne partie de la croisette aurait bien aimé lui filer la Palme d’Or et, en quelques mois, Xavier Dolan est devenu aussi hype que la barbe épaisse et les Air Max. Lui-même semble avoir tellement aimé son film qu’il a été déçu de n’obtenir que le Prix du Jury à Cannes.

Autant dire que ce film remplit tous les critères pour se faire dézinguer en ces lieux.

Mais gardons notre sang-froid. Malgré des débuts un peu moyens et une maturité géniale mais bancale, on avait quitté le jeune québécois sur un vrai très bon film. Alors j’ai ouvert mes chacras, et j’ai rentré dans le cinéma.

La première chose qui frappe, c’est que c’est beau. Presque trop. Les images sont magnifiquement composées, très bien éclairées et saisies dans des couleurs superbes. C’est bien fait aussi. Il y a un accident, un joli tube pop de notre enfance et les dialogues sont plutôt marrants.

Merde, me dis-je, il va quand même pas se retrouver deux fois dans mon top 2014, ce foutu génie ?

Non. Il n’y sera pas. Parce que derrière ses jolis cadrages et ses dialogues énergiques, Mommy est une escroquerie. Un clip vidéo interminable, esthétisant à nous faire péter la cornée et aussi creux qu’un discours de José Manuel Barroso.

Pourquoi ? Parce que Dolan s’est laissé bouffer par l’esthétisme. La vie, dans Mommy, est regardée à travers un compte Instagram : une mère qui boit, un ado ultra-violent ou des veines tranchées. Le réalisateur ne voit que des couleurs. Filtre sépia, reflet fushia, montage syncopé, Céline Dion dans le salon et un milliard d’idées à la con.

La plus commentée est aussi la plus bête : l’écran qui s’étire, passe du 4:3 au 16/9ème pour signifier (et avec quelle légèreté) l’enfermement des personnages. En plus de recycler dans l’autre sens une idée de son dernier film, Dolan se laisse happer par ses petits artifices sans finesse.

Au passage, il oublie que le cinéma, c’est d’abord la mise en scène, la coupe et le scénario. Ces derniers sont un peu laissés pour compte. Quand son héros fait du longboard les bras en l’air en criant “Libertéééé”, j’ai failli pleurer. Pas d’émotion.

Car derrière l’esbroufe, le film est loin d’être bouleversant. Parce que le rythme est foireux et les personnages peu crédibles, mais surtout parce que Dolan cherche à nous forcer la main. Dans une longue avance rapide citant (plagiant ?) ouvertement le final de la série Six Feet Under, le réalisateur parvient presque à nous avoir. Mais on ne peut jamais oublier complètement l’impression que le mec est en train d’essayer de nous vendre un truc.

Et ça fait déjà deux heures qu’il nous coupe des oignons dans l’oeil, en espérant vainement y voir une larme avant la fin. Mais pour m’émouvoir, lapin, il aurait fallu commencer par écrire une histoire qui tienne la route…

En Bref : Il ne faut pas aller voir Mommy. Même si le film est loin d’être mauvais, même s’il a plus de style et de personnalité que toutes les daubes qu’on se tape cette année et même si la prestation d’Anne Dorval est sans faute.

Malgré tout, c’est un film raté. Trop de style, pas assez de fond, trop de bruit, pas assez de fureur, et derrière les hurlements, une certaine naïveté volontariste qui anéantit le peu de force qu’avait le propos.

Non Xavier. Tu la méritais pas, cette Palme d’Or. Mais t’as du talent, alors travaille. Si j’en crois la durée de vie moyenne des Canadiens, t’as encore 56 pour essayer de la remporter.

Tel père, tel fils. Le divise enfant.

critique-tel-pere-tel-fils-de-hirokazu-koreeda,M110925

Faut-il aller voir Tel père, tel fils ?

Comme son nom l’indique, Ryoata est architecte. Sa première oeuvre, c’est son fils. D’ailleurs, il lui dit souvent de se tenir droit et d’être dur. Quand Ryoata apprend que son enfant a été échangé contre un autre bébé à la maternité, tout s’explique. Il comprend mieux pourquoi celui qu’il croyait être son fils est gentil, alors que lui est un sale type.

Je n’ai pas trop souvenir de La vie est un long fleuve tranquille, mais autant que je me rappelle, c’est une grosse farce un peu lourde avec un pitch intéressant. Partant de la même idée, Hirokazu Koreeda a décidé de prendre le chemin inverse. Lent, profond et sans cliché, Tel père, tel fils se pose la question pour de vrai : si lorsqu’il a six ans, on vous apprend que votre fils n’est pas votre fils, vous faites quoi ?

Qu’est-ce qui prime dans le fait d’être parent : le sang ? L’éducation ? La relation qu’on a, ou celle qu’on créé ? Et quand bien même : a-t-on vraiment envie d’avoir une réplique de nous même en guise de fils ?

Quand Ryoata rencontre sa véritable progéniture, il trouve un petit con, en guerre contre son nouveau père, malpoli et fugueur. Sa réplique exacte. Un garçon qui, comme lui, aurait été plus heureux en grandissant dans une autre famille. Alors faut-il vraiment le rapatrier, pour reproduire un nouveau gros con d’architecte ?

Vous comprenez rien ? C’est pas grave, c’est deep. Le réalisateur va gratter le fond de nos âmes, sans s’embourber dans un discours moral casse-burne ou une analyse sociologique à deux balles. Le tout dans un cadre élégant, parfaitement mis en scène et joliment écrit.

Alors pourquoi je ne vais pas dire que c’est un chef d’oeuvre ?

Probablement parce que c’est un tout petit peu chiant, mais surtout assez froid. Le personnage principal est fondamentalement antipathique, le jeu de sa femme sonne un peu faux et, au final, c’est ce manque d’humanité sépare un beau film d’un film bouleversant.

Dommage, à quelques jours de mon top 10 de l’année, il est pas passé loin.

En Bref : Il faut aller voir Tel père, tel fils. Parce que c’est beau, intelligent, élégant. Un peu à l’image du personnage principal, parfait sous toutes les coutures, au risque d’être un peu terne à la surface. Et c’est aussi pour ses aspérités que l’on aime un film.

Malgré tout, ça fait plaisir de voir le film que Chatillez aurait fait, s’il avait été bon et japonais. J’aimerais bien voir ce que Koreeda fera avec Tati Danielle.

La part des anges. Ken Louche.

Faut-il aller voir La Part des anges ?

Robbie est un loser, mais ça n’a jamais empêché de faire des mômes. Le sien va bientôt naître mais Robbie n’a toujours pas de quoi remplir un biberon. Robbie boit du whisky, et c’est sûrement la solution.

On connaît la sensibilité, la vérité percutante et parfois la beauté du cinéma de Ken Loach. Social, dans le plus beau sens du terme : au plus près des hommes, de leurs faiblesses et de leur capacité à renaître.

Et puis voilà, depuis sa palme un peu volée à Cannes, le vieux Ken a décidé de nous faire marrer. Après une farce footbalistique tellement naze que je l’ai pas vue, il tente de nous attacher à une bande de bras-cassés qui siphonnent du single malt pour se sortir les doigts du fût.

C’est nul.

Inconsistant, mal écrit et souvent jalonné de blagues lourdes. On se bourre la gueule, on fait des prouts et on régresse sans jamais rire. Les comparses du héros sont aussi attachants que Viktor Ianoukovitch et le scénario accumule les ellipses incohérentes.

Sous cette forme, l’optimisme de combat de Loach se transforme en volontarisme un peu bêta. Au final, le réalisateur présente une caricature de lui-même où les voyous ont forcément le cœur tendre, les américains le crâne mou et où le vol est une solution réaliste pour se sortir de la misère.

Tellement con, que même Cannes lui a filé un prix.

En Bref : Il ne faut pas aller voir La part des anges. Malgré quelques acteurs chouettes et des idées intéressantes (le monde du whisky, jolie toile de fond) cette bluette n’atteint jamais la cheville des premiers films de Loach.

Et puis franchement, une comédie qui ne fait pas rire, ça sert à quoi ?