The Secret. Biel murène.

Biel de Clown

Faut-il aller voir The Secret ?

Je suis en retard sur les critiques c’est terrible. Le film n’est même plus en salle. Je vais finir par faire de la recommendation de dvds. Ou peut-être même garçon de café. Dis-donc. LE FILM !

Dans une ville de merde peuplée par des cons, des enfants disparaissent.

Je ne peux pas en dire plus, car l’intérêt principal du film réside dans les rebonds multiples du scénario. Mais comme vous êtes bien gentils de venir me lire, je vous gâcherai pas la fin.

Mais du coup, on ne peut pas dire grand-chose : le film est  beau, admirablement filmé, décoré ou mis en lumière, il allie ce soin formel à une véritable intelligence dans la réalisation. Jusqu’au bout, le cinéaste belge nous manipule et joue avec tous les éléments à sa disposition pour faire exploser le carcan figé du thriller à l’américaine.

Mieux, le film se clôt sur une véritable question morale à laquelle il ne répond pas complètement. Certes, l’interrogation n’est ni d’une grande originalité ni d’une profondeur abyssale, mais à l’échelle du cinéma dont il s’inspire, The Secret fait office de conte philosophique.

Finalement, ma seule déception est d’avoir deviné la fin un peu tôt, mais à priori, c’est un coup de chance, car tout mes voisins avaient l’air surpris.

En Bref : Il faut aller voir The Secret. Derrière ses airs mille fois vus de thriller pop-corn, le film se paie le luxe d’être beau, intelligent, complexe, surprenant et à peine manichéen.

Comme si on mettait le cerveau de Cronenberg, dans la tête de Matt Damon : de l’art.

PS : Depuis hier, je cherche du boulot, alors si votre cousin cherche un journaliste, un caméraman ou un critique cinéma, dites-lui que je fais les trois pour le prix d’un.

8 thoughts on “The Secret. Biel murène.

  1. Hey, mais ça a l’air super! C’est peut-être encore en salle à l’Image, le cinéma monosalle de Plougastel-Daoulas, qui sait? Et qui aurait dit que l’aînée des Camden jouerait un jour dans un bon film?

    • Ben ouais c’est coolos, mais une bonne partie de la critique lui a mis son tarif, donc je suis perplexe. En tout cas ça vaut le coup de vérifier si Plougastel sait tenir son rang dans la haute-lignée des lieux de pèlerinage de la cinéphilie.

  2. Ah ! Le film aux 1000 qualités et 1 défaut : Son actrice principale. Heureusement, elle prends cher.
    Les critiques presse m’ont étonné également, d’autant plus qu’ils avaient globalement encensé Martyrs et son scénario post-it. Donnez leur de la forme glauque et de la bimbo écorchée, ils sont heureux. Mais là, diantre ! Il y a du fond. Alors on se retrouve avec Paris Match qui fait de l’humour et parle d’un film “moralement si débile que les bras vous en tombent. The Secret mérite de le rester!” et Télérama qui hurle à la mort.

    Merci Pascal Laugier, mais la prochaine fois ne te sens pas obliger de faire jouer à ta productrice exécutive le rôle principal… j’ai du mal a croire que ce se soit fait dans l’autre sens. Jessica, la prochaine fois, suffit de la faire raquer et de la ranger dans sa grotte.

    • C’est vrai qu’elle est pas terrible, et surtout, qu’il y avait mille fois mieux sur le marché. C’est peut-être ce qui manque au film pour le faire accéder au rang des très bons. En tout cas, je suis content qu’on soit d’accord sur le fond.
      Quant à Paris Match qui parle de morale, c’est amusant pour un magazine qui passe les quiquennats à lécher de la botte présidentielle et royale à tout va tout en dénonçant les lapidations à grand renfort d’images chocs. Une bien belle leçon de morale ça.

  3. J’ai trouvé ce film singulièrement minable pour ma part.
    Je n’en rajouterais pas sur Jessica Biel qui a complètement coulé dans ce film (coulé une Biel ahah! hum!). Ca a été évoqué avec justesse précédemment. Elle est nulle.

    Mais le film ne sauve rien du tout. Je ne regarde pas les films avec un œil suffisamment technique pour me prononcer objectivement sur la façon dont c’est filmé. Par contre, je peux dire que je n’ai pas trouvé ça beau outre mesure. Peut-être parce que je suis resté bloqué par ce générique de début réalisé sous Word Art par un stagiaire bourré.

    Et le film est putain de chiant en fait. C’est mou comme pas permis. Il n’y a aucune tension, aucun suspense, aucun mystère. A aucun moment je n’ai été saisi par une vraie envie de connaître The Secret…

    ATTENTION SPOILER
    Le seul point positif du film est ce retournement à la moitié où l’on découvre que c’est elle la méchante, et qu’on revoie la première scène avec une toute nouvelle perspective. C’était pas bête, et il y avait certainement quelque chose à creuser. Dommage que ça n’ait pas été exploité.
    Pour le reste, je ne vois que des incohérences grossières (un gamin de 8 ans, tu ne lui fais pas accepter qu’il a 3 mamans différentes en 10 jours… – tu kidnappes un gamin, tu l’exposes pas dans une chambre qui donne sur la rue, au vu et au su de tous…) et une morale minable.
    Parce que cette conclusion, si je l’ai vu venir d’assez loin, ne me convainc pas du tout.

    C’est dommage

    • Merci pour le “Attention”. Perso je déteste errer sur internet et apprendre la fin d’un film pas encore vu. C’est à cause d’un con de ce genre que j’ai appris la fin d’Usual Suspect avant de le voir. Une petite mort.

      Les décors sont pas mal je trouve, et la caméra réalise des mouvements assez intelligents, mais je vais pas commencer à les décrire, au risque de me perdre dans des détails techniques inutiles. De même je trouve le décor de l’usine très réussi dans la mesure où on ne sait pas trop où on est… bref.

      ATTENTION SPOILER
      Justement, elle n’est pas vraiment la méchante, pour moi, c’est là que le film prend son intérêt. Lorsque tout le monde se met à lui courir après, ce petit moment où on est tous perdus et où on se demande si les kidnappeurs sont en bande avant de se faire complètement retourner. Je suis d’accord sur les incohérences, mais elle vit tout de même dans le fond des bois, sans télé, donc on ne peut pas vraiment dire que la chambre donne “sur la rue” et je crois que les gamins comprennent.
      Quant à la morale, elle n’est pas assénée. Et c’est le point le plus intéressant du film : la gamine finale, face caméra qui se demande si c’est mieux comme ça. C’est une question ouverte.
      Reconnais que son environnement familial est horrible, son beau-père se tape sa soeur, tout le monde boit et se bat… Alors je ne sais pas si elle est plus heureuse dans la famille d’une riche New-Yorkaise, et on peut même reprocher au film d’être socialement neuneu (les pauvres sont des mauvais parents et la clef du bonheur est de grandir dans une famille friquée, ce qui se vérifie rarement) mais je trouve la question intéressante et bien plus profonde que tous les films hollywoodiens que j’ai vu cette année réunis.
      Non ?

Comments are closed.