Carnage. Papillon.

Tulipes hein ?

Faut-il aller voir Carnage ?

New-York. Un jour dans un parc, un garçon casse les incisives d’un autre avec une branche. Civilisés et cordiaux, les deux familles se réunissent dans un appartement chic pour régler ça à l’amiable. Mais au final, Kate Winslet va vomir dans les tulipes.

Parfois, les réalisateurs essayent de transformer les pièces de théâtre en film de façon artificielle. On rajoute de l’action, des scènes en extérieur et des fioritures qui parasitent le propos. Roman Polanski n’a pas cette prétention. Il adapte une pièce de Yasmina Reza tel quel, sans faire le malin. Il n’y a que quatre personnages, tout se passe dans le salon d’un appartement, et il n’y a pas d’ellipse. Parfois, on se demande même l’intérêt d’une adaptation au cinéma, mais après tout, sans ça, on ne l’aurait pas vu.

Dés le début, l’ambiance entre ces deux couples est malade. Sous l’écorce de la politesse et la bienséance, on aperçoit rapidement la sauvagerie du monde prétendument civilisé. Derrière la sainte-nitouche de gauche, il y’a une casse-couille acariâtre, l’homme simple cache un égoïste vulgaire et la femme moderne se révèle complètement névrosée. Finalement, c’est l’avocat véreux et mal-élevé qui s’en tire le mieux, car il est le seul à ne pas cacher ses défauts pourris.

Evidemment, les acteurs s’en donnent à coeur joie. Brillant de grossièreté, Christoph Waltz survole le lot, mais les autres surjouent parfois. Un peu caricaturaux les personnages sont trop névrosés pour être convaincants. Profondément détestable, Jodie Foster en fait des caisses en hurlant des dialogues qui manquent un peu de finesse. Mais le mauvais esprit est suffisamment assumé pour qu’on rigole d’un bout à l’autre.

Bref, c’est du basique. Pas toujours très fin. Mais ça marche.

En Bref : Il faut aller voir Carnage. C’est pas le film de l’année, ni le meilleur de Polanski, mais ça fait du bien de voir le politiquement correct se prendre des tartes pendant une heure. Derrière ses airs de farce brutale, le scénario dit des choses vraies sur ceux qui sont persuadés d’être du bon côté de la pensée.

Quant au titre de cet article, il n’a aucun sens, mais c’est les vacances.

Aussi : mon pote Fred finit tous ses articles par une chanson. Du coup je lui pique l’idée, passez faire un tour sur son blog, il est d’la balle. Et si vous êtes pas d’accord, gueulez dans les commentaires.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=Y3GFsUYq2b8[/youtube]